Menu
S'identifier

Destinations

« La réponse à votre question » : Comment se passent les conditions d’annulation pour des destinations Asie non déclarées zone épidémique ?

Publié le : 19.02.2020 I Dernière Mise à jour : 19.02.2020

Image
Vous avez une question liée à votre métier ou au secteur ? Le Quotidien du Tourisme tentera d'y répondre. ©Adobe Stock

Lectrice du Quotidien du Tourisme, Florence s'interroge sur les conditions d'annulation pour des destinations asiatiques suite à la propagation du coronavirus. Éléments de réponse.


 
Question posée par Florence le mercredi 19 février : « Comment se passent les conditions d’annulation pour des destinations Asie non déclarées zone épidémique (par exemple au Japon) ? ». Voici ce que Le Quotidien du Tourisme peut vous répondre.
 
Le SETO assurait le 10 février dernier qu'aucune restriction n'ayant cours dans les pays asiatiques autres que la Chine, les programmes des tour-opérateurs continuaient donc. « Concernant les autres destinations asiatiques, aucune restriction de voyage ne s’impose et les tour-opérateurs continuent d’opérer les programmes tout en s’assurant des conditions de sécurité et de confort de leurs clients. Bien évidemment, ces mesures pourront être modifiées à tout moment en fonction de l’évolution de la situation locale et dans un souci de l’intérêt de la clientèle, des agences de voyage et des tour-opérateurs », précisait ainsi le syndicat.
 
Ce qui signifie par conséquent qu'une annulation de voyage de voyage pour un pays asiatique autre que la Chine entraînera des frais d'annulation ou de report.

Des circonstances exceptionnelles ?


Pour reprendre votre exemple du Japon, la vigilance était toujours normale au 19 février, avec une carte du pays entièrement verte. Aucune restriction de voyage n'a été décrétée, ni par le ministère des Affaires étrangères, ni par le SETO. Des frais d'annulation ou de report doivent donc a priori s'appliquer. Mais, la situation évoluant au jour le jour, chaque dossier devra être traité au cas par cas, en contactant directement le voyagiste, qui appliquera sa propre politique d'annulation.
 
Si votre client veut absolument annuler son voyage, le contact direct avec le voyagiste vous permettra en effet de lui faire part des « circonstances exceptionnelles et inévitables » - prévues par le code du tourisme - qui pourraient empêcher le bon déroulé du voyage. Ce qui vous permettra ainsi d'annuler le contrat sans frais. Mais il faudra alors prouver au TO que la propagation du coronavirus a un impact sur la destination réservée par votre client : difficultés pour se déplacer, nombreux sites touristiques fermés, etc.
 
En attendant que la situation ne s'améliore, nous vous tiendrons régulièrement informé, sur le site du Quotidien du Tourisme, des nouvelles informations apportées par le ministère des Affaires étrangères et le SETO. En attendant, n'hésitez pas à consulter notre article «Crise à destination: que faire quand le client veut annuler son voyage ?» pour en savoir plus sur le sujet.
 
Vous aussi, posez-vous vos questions dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux. La rédaction du Quotidien du Tourisme se chargera d'examiner le sujet et de vous répondre dans les plus brefs délais.

Auteur

  • Brice Lahaye

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format