Menu
S'identifier

Destinations

Martinique : Posée au coeur des Petites Antilles, l'île a tout d'une grande

Publié le : 18.03.2005 I Dernière Mise à jour : 18.03.2005

Il y a le ciel, le soleil et la mer.

Si la chanson dit vrai pour la Martinique, il y a aussi bien plus. Véritable joyau de verdure coincé entre la Dominique au nord et Sainte-Lucie au sud, la plus grande île des Petites Antilles dévoile à qui veut prendre son temps -et le volant- de véritables trésors naturels ou culturels. Fêtes patronales, anciennes plantations reconverties en écomusées, forêts tropicales, bananeraies, anses préservées aux eaux translucides, îlets perdus, déserts de sel, chemins de randonnées, spots de kite-surf, de canyoning et de plongée… tout est accessible, à condition d'être un peu curieux.

Vice-présidente du conseil régional de la Martinique, Madeleine de Grandmaison reconnaît qu'il était urgent de proposer aux visiteurs autre chose que des plages et des palmiers. Militante pour une Martinique "plurielle" et farouche combattante de ce tourisme des 3 "S" (sexe, soleil, sable) qui connu son apogée sur l'île dans les années 80, elle travaille depuis plusieurs années à la promotion de la Martinique dans son intégralité. Fil rouge du plan marketing baptisé "Plan 2000-2006" qui touche bientôt à sa fin, ses atouts naturels, culturels et traditionnels ont été clairement définis il y a 4 ans par le CRT. Aujourd'hui, ils semblent séduire les touristes amateurs de grands espaces, sensibles à l'environnement et favorables à un tourisme durable et équitable qui sont prêts à payer plus cher pour séjourner en Martinique plutôt qu'en République dominicaine. Ces visiteurs-là ne seront pas déçus. Au contraire, ils en auront pour leur argent et n'auront pas le temps de s'ennuyer. Vous en doutez ? Voici un programme type qui devrait vous convaincre et qui convient aussi bien aux familles qu'aux couples, aux jeunes comme aux moins jeunes. Lundi, visite du musée du cacao et du café qui a ouvert ses portes sur la route des Trois Îlets. Sur le même site, le domaine de Château Gaillard, Geronimo Hayot et ses compères proposent également de découvrir la pépinière où poussent secrètement des dizaines de plantes exotiques mais aussi de faire un tour (c'est le cas de le dire) par la maison des potiers qui font un véritable show devant les touristes. Mardi, journée nature. Baskets aux pieds, départ pour une demi-journée d'aventure dans les arbres centenaires de la forêt domaniale Château Gaillard. C'est là sur 3 hectares que le parc accrobranches "Mangofil" invite les touristes (dès 3 ans) à grimper, glisser et sauter d'arbre en arbre. Sensations garanties. Mercredi, pendant que papa s'exprime sur le green du Golf de la Martinique ou chevauche un quad, le reste de la tribu part à la découverte du village traditionnel "La savane des esclaves" qui retrace dans l'habitat et le potager le mode de vie des anciens esclaves. Instructif et interactif. Jeudi, tout le monde prend la direction du nord pour une journée 100 % nature. Randonnée dans la brume matinale qui laisse à peine les contours de la montagne Pelée se dévoiler ou promenade tranquille dans les jardins fleuris de Balata ou le parc botanique "Les ombrages", à chacun son rythme. Pour le déjeuner pourquoi ne pas faire une halte gastronomique méritée dans une maison d'hôtes au charme désuet tel l'Abri de l'auberge verte. Vendredi, journée plage pour tout le monde. Plongée sous-marine au pied de l'anse Couleuvre ou de l'anse Céron pour les uns, Kite-surf sur le site remarquable de cap Chevalier ou excursion en kayak d'îlet en îlet pour les autres, le choix est difficile je vous l'accorde. Mais déjà la semaine s'achève et il reste tant de choses à découvrir. Fort-de-France et son architecture, Saint-Pierre et ses ruines figées dans la lave par l'éruption de 1902, la presqu'île de la Caravelle au nord-ouest, les mangroves du Marin… Mais c'est un autre voyage.
Les nouveaux produits de l'île
• Le Golf de la Martinique, un 18 trous avec vue sur la baie de Fort-de-France
Dans le village des Trois Îlets (sud-ouest), sur les terres des ancêtres de l'impératrice Joséphine, le Golf de la Martinique est signé Robert Trent-Jones. Profitant d'un décor naturel exceptionnel, ses 63 hectares offrent aux amateurs des obstacles savamment répartis entre montagne, forêts et rivages plantés de cocotiers (2 trous au-dessus de l'eau). Des compétitions ouvertes aux touristes sont organisées tous les 15 jours dans ce club qui compte 450 licenciés dont 250 abonnés. En 2004, près de 8.000 touristes ont pu s'exprimer sur ce green d'une rare beauté naturelle. Green-fees 18 trous : 46 euros, 9 trous : 32 euros, 1 semaine : 238 euros. Infos sur www.golfmartinique.com.
• Le Domaine Château Gaillard, un centre culturel et sportif multi-activités
Propriété de la famille de békés Hayot, le Domaine Château Gaillard propose sur plusieurs sites des activités culturelles et sportives. Sur la route des Trois Îlets, une belle maison traditionnelle en bois abrite un centre artisanal et horticole richement doté (poterie, musée du café et du cacao, serres de fleurs exotiques…). Juste en face, dans une forêt privée de 8 hectares, le Parc d'Aventures Mongofil ouvert en novembre 2003 attire déjà plus de 250 personnes par jour. Ce parcours accrobranches, très en vogue, s'adapte aux conditions physiques de chacun. Programmes "Mangokid" (enfants de 5 à 9 ans, 15 E), "Bigmango" (familles, 20 E), "Mangokaid" (sportifs, 20 E). Un projet de village amérindien est en cours de réalisation, tout comme un parcours de quad (été 2005) ainsi qu'un restaurant dans les arbres (décembre 2005).
Carnaval de Fort-de-France : 80.000 personnes ont "couru le vidé" *
Moins conventionnel que celui de Venise et tout aussi coloré que celui de Rio, le carnaval de Fort-de-France est une fête populaire joyeuse, conviviale et surtout ouverte à tous, qu'il faut vivre au moins une fois… Les festivités de cet événement culturel majeur dans toute la Martinique débutent à l'Epiphanie. Durant un mois, l'île vibre aux sons des percussions et autres chants rythmés, mais la liesse populaire s'exprime véritablement entre le dimanche Gras et le mercredi des Cendres selon un protocole bien défini. Ainsi le dimanche, les "Reines" paradent dans leurs plus beaux apparats aux côtés de Vaval, le roi du Carnaval – le choix du personnage découle d'un fait marquant de l'actualité, cette année, Vaval était une banane géante en hommage au marché de la banane qui s'écroule. Le lundi, jour "des mariages burlesques", des couples curieusement assortis défilent fièrement dans les rues. Ils laissent la place le lendemain (jour férié) aux diables rouges qui envahissent les artères de la ville. Enfants, adultes, jeunes et vieux, Blancs, Noirs, locaux comme touristes, tous "courent le vidé" vêtus de rouge. Enfin, le mercredi, le carnaval s'achève sur le front de mer avec l'incinération de Vaval. Cette année, plus de 80.000 personnes déguisées en noir et blanc (couleurs du deuil) ont accompagné sa majesté dans son dernier tour de ville et ce sans aucun incident. En février 2006, Fort-de-France fêtera son 100e carnaval, un programme spécial est prévu pour l'occasion. Le budget 2005 était de 480.000 euros.
* Le fait de se mêler aux défilés, se lâcher…

Auteur

  • La Rédaction

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format