Menu
S'identifier

Distribution

Thomas Cook France: 149 agences sont finalement reprises et 330 personnes vont être licenciées

Publié le : 28.11.2019 I Dernière Mise à jour : 28.11.2019

Image

Le tribunal de commerce de Nanterre a rendu son jugement sur Thomas Cook France le jeudi 28 novembre. Avec la reprise de 149 agences de voyages (mais pas du TO Jet tours), 347 postes sont repris et 330 sont supprimés. Sans surprise, le consortium Havas-Salaün-Sainte Claire-Le Vacon-Karavel (+Esprit de Voyage) a remporté la mise.


 
Après l'audience à huis clos du 19 novembre où les candidats à la reprise ont dû améliorer leur offre, le tribunal de commerce de Nanterre a rendu son jugement jeudi 28 octobre.
 
Le consortium reprend 145 agences. Formé de 5 puis 6 candidats à la reprise, il s'est accompagné le 19 novembre de 4 offres "indivisibles entre elles et conjointes" au premier ensemble. Il regroupe :
-Salaün Holidays pour 58 agences (382 K€);
-Navitours (Sainte Claire) pour 38 agences et la marque Aquatour (286K€);
-Havas Voyages pour 19 agences (190 K€);
-Charles (Karavel-Promovacances) pour 13 agences, les marques Jumbo et Eldorador ainsi que le service groupes B2C (140K€);
-Cati (Voyages Le Vacon) pour 12 agences (132 K€),
-Voyages d’affaires-Broc Voyages pour 2 agences (La Motte-Piquet et Auteuil, 20 K€),
- Esprit de Voyages [ex-franchisé TC] pour 1 agence (Sceaux, 10K€),
-Citra Voyages [Selectour] pour 1 agence (Troyes, 5K€),
-Servotel [Selectour] pour 1 agence (Montrouge, 5K€).
 
Pour les autres propositions, le tribunal a accordé:
·        3 agences à Prêt-à-Partir (Brive-la-Gaillarde, Vichy, Annemasse, 7,5K€).
·        1 agence à Captain Ferry (Noisy-le-Grand, 8K€).
Au total, 347 collaborateurs sont repris. La prise en jouissance des activités par les repreneurs a été fixée au 1er décembre 2019.
 

330 licenciements économiques

En revanche, 25 agences et l’essentiel des collaborateurs rattachés au siège ne sont pas repris, soit 330 personnes (incluant les postes supprimés dans les agences reprises). Un dernier CCE avec les instances représentatives du personnel est prévu vendredi 29 novembre, pour consultation sur le projet de licenciement collectif pour motif économique des salariés non repris.
 
Le licenciement devrait intervenir au plus tard le 28 décembre. Sachant que le PSE et ses modalités, notamment sur les critères d'ordre de licenciement, devront être validés par la Direccte (inspection du Travail). En attendant cette validation, les personnels devant être licenciés seront amenés à travailler dans les agences reprises.

Auteur

  • Myriam Abergel

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format