Menu
S'identifier

E-Tourisme

L’expérience interactive, un plus qui fait toute la différence

Publié le : 30.06.2020 I Dernière Mise à jour : 30.06.2020

Image

Alors que le déconfinement se poursuit en France, beaucoup de secteurs touchés par la crise se relèvent grâce aux nouvelles innovations. C'est le cas des 14 start-up d'Open Tourisme Lab présentant chacune d’entre elles une solution pour aider les professionnels dans la phase de relance. Focus aujourd’hui sur AJI Digital : l’expérience interactive.


Entretiens avec Stéphane Valcauda son PDG.
I-Tourisme : Pourquoi avoir choisi l’expérience interactive ?
Stéphane Valcauda : AJI Digital existe depuis mars 2019 et combine 2 solutions qui font leurs preuves depuis 10 ans: le digital in store et les applications mobiles. Nous avons lancé plus de 90 applications et dizaines d’expériences digitales. Par exemple, en 2017 Lancôme a fait appel à nos services pour créer un mur tactile en magasin. Ce projet nous a permis de faire la démonstration de l’utilisation de l’ensemble de nos technologies. Le succès de cette expérience interactive nous a démontré qu’il existait un marché pour ce type de demande.
IT : quelle est la clé de ce succès d’après vous ?
SV : Notre monde demeure connecté et acteur du numérique au quotidien. Par contre les totems restent très chers et quand il s’agit de payer l’ensemble, beaucoup d’entreprises ne peuvent se le permettre. Cela crée un paradoxe que nous nous efforçons de résoudre en proposant une expérience doublée d’une application clé en main.
IT : Alors que proposez-vous ?
SV : Les marques proposent de l’affichage passif, slide ou vidéo, mais sans aucune expérience derrière. De ce constat, nous avons créé notre plateforme, cherchant à rendre la technologie comme model business accessible à n’importe quel type d’activité, avec un modèle de location à moins de 200 euros par mois, même pour notre plus grand totem de 55 pouces, soit 2 mètres par 70 centimètres. Nous sommes habitués à chercher des solutions et interagir avec nos clients.
IT : Comment vous êtes-vous développé ?
SV : Pour assurer notre développement, nous avons passé deux ans rien qu’en R&D. la première année nous nous sommes concentrés sur la création et l’optimisation de notre plateforme. Ensuite nous avons constitué un réseau de revendeur en étant, en parallèle, présent pendant deux ans au CES de Las Vegas en 2019 et 2020. Là-bas nous avons noué un partenariat avec une société spécialisée dans le digital. Cette expérience nous a permis d’approcher le marché américain et de rencontrer d’autres pilotes avec la même technologie que nous.
IT : Et sur le marché français ?
SV : En France, nous nous sommes rendu compte que nos revendeurs avaient besoin de scénarii prêts à l’emploi, alors que nous pensions les créer avec eux et en fonction des retours clients et prospects. Nous avons donc changé notre fusil d’épaule pour monter des partenariats afin de présenter un catalogue de solutions déjà constituées. Par exemple, nous travaillons avec les plateformes touristiques comme Apidae dans le but d’adapter des expériences pour les offices du tourisme à des prix abordables. La plupart du temps nous sommes en mesure de proposer 3 modèles d’expériences interactives différentes en fonction des besoins spécifiques des clients.
IT : Comment vous êtes-vous retrouvé dans l'une des promotions d’Open Tourisme Lab ?
SV : Lors de notre seconde année au CES de Las Vegas, grâce à la région Bourgogne, nous avons exposé notre travail. Nous y avons notamment montré la visite virtuelle en 360 d’un domaine, entièrement créés par un de nos utilisateurs avec la possibilité de promouvoir un lieu avec différents canaux de diffusion comme des cartes interactives ou des fiches produits. C’est à cette occasion que nous avons rencontré Open Tourisme Lab. Intéressés, ils nous ont proposé de postuler pour la prochaine saison 2020-2021.
IT : Avez-vous été impacté par la crise du Covid ?
SV : Immédiatement. Après avoir été sélectionnée le 12 mars à l’occasion de la cérémonie de passation entre les deux promotions, le 16 mars, la France se confinait...
SV : Alors ?
SV : Ça a été une grande claque ! Plusieurs de nos rendez-vous pour lever des fonds en phase finale de négociation auprès d’investisseurs n’ont pu aboutir pour cause de cause confinement. Cette crise nous a démontré que nous n’étions pas préparés pour ce genre de situation. Ce qui nous a permis de garder la tête hors de l’eau reste le soutien de BPI France. Entre les emprunts innovation et les différents mécanismes mis en place, nous avons pu créer une station de gel sans contact fonctionnant avec un QR code. Nous avons réorienté nos solutions pour nous adapter à la demande actuelle suite à cette pandémie.
IT : Vous avez un exemple à nous donner ?
SV : Nous avons ajouté une caméra de détection à nos stations. Vous êtes le musée Grévin, mais vous voulez vous assurer que tous les visiteurs vont porter un masque et s’être désinfecté les mains par la borne en entrant. Notre solution le permet. Une fois devant la station de gel, vous vous identifiez grâce au QR code. Elle distribue le gel, puis la borne va vous filmer afin de vérifier que vous portez bien votre masque. Grâce à ce procédé, il devient plus facile de sécuriser un périmètre.
IT : Et l’Open Toursime Lab ?
SV : Cela nous permet d’aller encore plus loin ! Grâce à un partenariat avec les autres startups de l’Open Tourisme Lab, comme par exemple My Bot, nous sommes en mesure de proposer deux types d’offres : d’abord la possibilité de connecter son téléphone grâce au QR code pour en faire un touche Pad afin de piloter les écrans sans avoir à les toucher. Ensuite les QR code sont collés sur un mur, table, borne d’information ou encore une entrée pour un usage plus large.

Auteur

  • Rémi Bain-Thouverez

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format