Menu
S'identifier

Hébergement

Le plan d'attaque de l'hôtellerie de plein air pour préparer l'été

Publié le : 15.05.2020 I Dernière Mise à jour : 15.05.2020

Image

Les propriétaires de campings et autres hébergements de plein air se réjouissent de la tenue des vacances d'été en dépit de la crise liée au coronavirus. Et se prépare à accueillir leurs clients avec des conditions d'hygiène renforcées.


 
« L’été va pouvoir se faire. Les campings sont prêts à ouvrir pour offrir aux Français un bain de plein air. » Ce sont les mots choisis par Nicolas Dayot, le président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA), au lendemain de l’allocution du Premier ministre et du comité interministériel du tourisme.
« Nous n’avons pas encore la date générale d’ouverture des campings mais nous attendons une date ferme du gouvernement autour du 28 mai », ajoute-t-il, confiant.
 
Et il y a en tout cas urgence à relancer la machine car les quelque 8 000 campings français souffrent de la crise liée au coronavirus. La haute saison (juillet et août) concentre à elle seule 80% de leur chiffre d’affaires. « Nous procédons à de lourds investissements », souligne Pierre Houé, président de CapFun. Par ailleurs, « on a mis très peu de personnels au chômage partiel car le siège traite les problèmes de réservation, les annulations, les reports, les remboursements… Et sur les sites, il faut entretenir les espaces verts. »

Les Français veulent retrouver la nature

Pour convaincre les autorités publiques du bien fondé de leur réouverture, les membres de la fédération ont peaufiné la liste de leurs arguments : « Les Français ont besoin de se mettre au vert, de se retrouver avec des amis et leur famille dans de bonnes conditions. » Pour preuve, le dernier sondage de l’Ifop en la matière montre que 47% des Français comptent partir en vacances cet été.
 
« Un pourcentage qui devrait remonter dans les prochains jours, le sondage ayant été réalisé avant l’annonce du Premier ministre sur les vacances », souligne Marion Chasles-Parot, directrice d’études au sein de l’institut de sondage. « De plus, les campings sont souvent vastes — de 2 à 10 hectares — et les clients viennent majoritairement avec leur propre véhicule, ce qui réduit les chances de faire circuler le virus », renchérit Nicolas Dayot.
 
Un positionnement sur la reconnexion à la nature choisi par Huttopia il y a déjà 20 ans. « Camper, c’est avant tout passer des vacances en plein air. Les lieux ne sont ni fermés, ni confinés. On respire, on mange dehors, on vit au coeur de la nature », argumente le spécialiste des hébergements de plein air en toile et en bois. « Avec des sites qui font en moyenne une dizaine d’hectares et un nombre de clients inférieur à 600 quand le site est complet, il n’y a au final pas plus de 60 personnes à l’hectare. Il y a donc de la place sur nos sites ! », glisse Philippe Bossanne, co-fondateur et PDG du groupe Huttopia.

Des mesures sanitaires supplémentaires

Les hébergements de plein air travaillent également à un strict dispositif de sécurité pour rassurer leurs clients et leurs personnels. La FNHPA planche sur une charte édictant les règles à respecter, qui doit être validée dans les prochains jours par le gouvernement.
 
Au programme : l’adaptation des locaux (vitres en plexiglass…), la formation des personnels, la fourniture de produits et d’équipements de sécurité mais aussi le renforcement des opérations de nettoyage. Un chantier est également engagé sur la gestion des parties communes.
 
L’autre sujet à régler avant la fin du mois de mai est celui des animations. Les propriétaires d'hébergements de plein air se tiennent toutefois prêts à y répondre, comme l’explique Pierre Houé : « Les piscines sont chlorées, désinfectées et contrôlées, donc il n'y a pas de risque sanitaire. »
 
Concernant les clubs enfants, il préconise l’application des mêmes règles qu’à l’école, mixant activités et distanciation sociale et des animations distancées ou aucune. « La fréquentation des aires de jeux et des salles de fitness sera limitée », ajoute Gé Kusters, vice-président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air. Enfin, la vente à emporter sera de mise côté restauration.

Des campings déjà ouverts dans les départements verts

Autant d’éléments qui donnent bon espoir aux propriétaires d’hébergements de plein air de pouvoir rouvrir leurs établissements dès juin. Des décisions localement prises par des préfets de départements verts les confortent : certains campings peuvent dès à présent accueillir des résidents, dans la limite des 100 kilomètres imposés, sous certaines conditions. Et la FNHPA de citer les Landes, l’Orne, les Alpes de Haute Provence, les Pyrénées, la Dordogne ou encore les Pyrénées-Atlantiques.
 
Après avoir communiqué sur la convivialité, les vacances collectives et la fête, les patrons de campings changent donc de discours pour convaincre les Français de retrouver le chemin des hébergements de plein air, en leur promettant de grands espaces en pleine nature et de la sécurité.

Auteur

  • Manon Gayet

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format