Menu
S'identifier

Institutions

En situation précaire, les guides-conférenciers appellent à des mesures exceptionnelles

Publié le : 08.06.2020 I Dernière Mise à jour : 08.06.2020

Image

Prolongation du chômage partiel, création d'un statut d'intermittent du tourisme... La Fédération Nationale des Guides Interprètes et Conférenciers (FNGIC) demande la mise en place et la poursuite de mesures économiques pour aider les guides.


 
Ils ont besoin de soutien. Dans un communiqué publié le 5 juin, la Fédération Nationale des Guides Interprètes et Conférenciers (FNGIC) appelle le gouvernement à la la mise en place de mesures exceptionnelles pour les guides-conférenciers (GC) salariés.
 
« Le métier de guide-conférencier se caractérise par une grande précarité : 77% des prestations des GC salariés sont des contrats de travail de très courte durée (4h, 8h) auprès de multiples employeurs. 43% de ces prestations sont réservées moins d’une semaine à l’avance. Depuis 3 mois aucune aide n’est mise en place pour les 26% des guides-conférenciers salariés qui n’ont pas droit aux indemnités Pôle Emploi. Leur situation financière devient catastrophique », explique la FNGIC dans un communiqué.
 
À cela s'ajoute la fin de la prolongation des indemnisations journalières au 31 mai 2020 pour tous les employés au chômage, qui concerne plus de 14% de guides-conférenciers supplémentaires, qui se trouvent désormais sans aucune aide de l’état.

Création d'un fonds spécifique


Face à ce constat, la fédération demande une aide spécifique, avec la mise en place ou la poursuite de plusieurs mesures importantes. « Les guides-conférenciers sont un maillon essentiel entre tourisme et culture. Afin qu'ils puissent continuer à assurer ce rôle de ”passeur”, la FNGIC demande au gouvernement une aide spécifique pour les 63% de Guides-Conférenciers salariés », ajoute-telle.
 
Parmi elles, la création du fonds spécifique patrimoine avec une prise en charge dès le mois de mars ; la prolongation du chômage partiel et pour ceux inscrits à Pôle Emploi la neutralisation des jours non travaillés et le gel des droits depuis le début du confinement jusqu’à la reprise de l’activité ; la création d’un statut avec un mode de calcul d’indemnités Pôle Emploi spécifique et non discriminatoire et enfin un statut d’intermittent du tourisme pour les guides-conférenciers salariés en CDD ou CDD courts dit d’usage, répondant à la spécificité de la pratique de notre métier.
 
En somme, de quoi les soulager avant une reprise plus importante de l'activité.

Auteur

  • Brice Lahaye

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format