Menu
S'identifier

Aérien

L'alliance entre Air France et KLM est-elle en péril ?

Publié le : 14.09.2020 I Dernière Mise à jour : 14.09.2020

Le gouvernement français a accordé au printemps dernier une aide de 7 milliards d'euros à Air France. I Crédit photo ©Adobe Stock

Pour le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, la survie du groupe Air France-KLM « n'est pas automatique ». Pour la maintenir, il faudra « changer de cap ».

La survie de l'alliance aérienne Air France-KLM, mise à mal par la pandémie de Covid-19, n'est pas acquise si la crise économique actuelle se poursuit, a déclaré dimanche le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra. « Ce n'est pas automatique », a-t-il ainsi affirmé dans une interview à la télévision publique néerlandaise NPO, rappelant l'importance de réduire les coûts.

La France et les Pays-Bas possèdent chacun 14% du groupe franco-néerlandais que la compagnie aérienne Air France forme avec KLM. Le gouvernement français a accordé au printemps dernier une aide de 7 milliards d'euros à Air France, sous forme de prêts. Une aide également annoncée par les Pays-Bas pour KLM, à hauteur de 3,4 milliards d'euros.

En danger, l'alliance se maintiendra à condition d'un « changement de cap », selon Wopke Hoekstra. L'aide accordée à KLM par les Pays-Bas doit d'ailleurs s'accompagner d'un « plan de restructuration global » ainsi que d'engagements concernant le « rétablissement des performances et de la compétitivité » de la compagnie.

7 580 emplois supprimés par Air France, 5 000 par KLM

Interrogé lundi sur ce sujet, le ministre français des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a assuré que le groupe Air France-KLM est « déjà en train de faire des ajustements substantiels » face à la crise.

« Le groupe dans son ensemble est déjà en train d'ajuster substantiellement car la critique, la remarque sous-jacente du ministre (néerlandais des Finances Wopke Hoekstra, NDLR), c'est le fait que dans un environnement très dégradé le groupe ne fait peut être pas assez pour être compétitif », a réagi Jean-Baptiste Djebbari sur Europe 1, en rappelant les plans de suppressions d'emplois annoncés par les deux compagnies.

Air France a en effet déjà annoncé qu'elle allait supprimer 7 580 emplois d'ici fin 2022 et KLM jusqu'à 5 000. Le groupe Air France-KLM a accusé une perte de 2,6 milliards d'euros au deuxième trimestre, touché par l'effondrement du trafic aérien provoqué par l'épidémie de coronavirus, après une perte de 1,8 milliard sur les trois premiers mois de l'année.

Auteur

  • Brice Lahaye (avec AFP)

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format