Menu
S'identifier

Transport

Air France : Reprise des négociations entre les PNC et la direction

Publié le : 24.08.2016 I Dernière Mise à jour : 24.08.2016

Près d'un mois après la grève des navigants d'Air France, direction et syndicats ont renoué le dialogue mercredi avec l'espoir de relancer un cycle de négociations.

Mais, déjà, les premières divergences sont apparues.Les retrouvailles entre le DRH Gilles Gateau et les syndicats de la profession, mercredi au siège de la compagnie à Roissy, ont lancé la rentrée sociale à Air France, avant le procès de la "chemise arrachée" fin septembre et la reprise des négociations attendue à l'automne avec les pilotes. Les partenaires sociaux, sans entrer dans le vif du sujet, ont discuté méthode et calendrier durant trois heures. Et déjà, les premières divergences sont apparues. L'entreprise se donne plusieurs mois pour aboutir à un nouvel accord d'entreprise pour les quelque 13 600 personnels navigants commerciaux (PNC) d'Air France, en repartant d'une feuille blanche ou presque. Or, l'ensemble des syndicats représentatifs (SNPNC/FO, Unsa-PNC et Unac/CFE-CGC) souhaite parvenir à une conclusion avant le 31 octobre, date à laquelle l'actuel accord collectif prend fin. "L'entreprise reste sur ses positions et n'entend pas la grogne des salariés qui s'est largement exprimée" cet été, a commenté auprès de l'AFP Christophe Pillet (SNPNC), évoquant "un dialogue toujours un peu difficile". Le conflit, en plein chassé-croisé estival, a conduit à l'annulation de 1400 vols et coûté environ 90 millions d'euros, selon le groupe aérien. A l'issue du mouvement, la direction a annoncé le maintien de l'accord collectif jusqu'en février 2017, pour permettre la tenue de "négociations sérieuses et sereines". Mercredi, elle a en outre indiqué que les discussions devront prendre en compte les composantes du projet industriel que Jean-Marc Janaillac, nouveau patron d'Air France-KLM, rendra public début novembre. "Faire deux mois de négociations, ne sachant pas quel est le plan stratégique de Jean-Marc Janaillac, c'est un peu inutile", s'agace Christophe Pillet. Comme le SNPNC, l'Unac souhaite boucler les négociations "avant le 31 octobre", sans les lier au plan stratégique de Jean-Marc Janaillac. "On peut être là tous les jours" pour négocier, appuie sa présidente, Flore Arrighi, réclamant un calendrier de négociations "ambitieux et serré". Son syndicat redoute en outre que les négociations des hôtesses et stewards soient parasitées par la reprise des discussions avec les pilotes, attendue à l'automne. "Il y aura forcément des arbitrages à faire entre les demandes des deux corporations", faisait récemment remarquer l'Unac dans un communiqué, laissant entendre que la direction pourrait plus facilement "céder" aux revendications des pilotes. La rentrée sociale s'annonce donc une nouvelle fois agitée chez Air France, d'autant que se tiendra fin septembre le procès des 15 salariés accusés d'avoir participé un an plus tôt à l'épisode de la "chemise arrachée" du DRH.

Auteur

  • La Rédaction

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format