Menu
S'identifier

Transport

Liban : Aigle Azur s’envole pour Beyrouth depuis Paris-Orly

Publié le : 04.07.2017 I Dernière Mise à jour : 04.07.2017

Aigle Azur a opéré mardi 3 juillet le vol inaugural de sa nouvelle ligne Orly - Beyrouth.

La compagnie française opère la ligne 4 fois par semaine avec des Airbus A320 et A319 équipés respectivement de 180 et 144 sièges. "Des prix inférieurs de 50 à 60 euros à ceux que pratique la concurrence, le tout avec un produit tout inclus".


 
Après l’Afrique du Nord, le Portugal et l’Afrique de l’Ouest il s’agit d’une nouvelle étape pour Aigle Azur (…) nous cherchions des destinations à environ 5 heures de vol pour utiliser au mieux nos atouts et Beyrouth avec ses potentiels de trafic affaires et affinitaires entre parfaitement dans les cases » explique Michael Hamelink, le PDG de la compagnie.
 

Son directeur commercial et marketing, Tiago Martins précise : « cette diversification se traduit de façon opérationnelle par l’utilisation d’avions qui dormaient auparavant à Orly ». Bref non content d’augmenter la productivité de son outil de production Aigle Azur cherche à le faire en répondant à une demande et en utilisant un savoir-faire acquis sur d’autres marchés à fortes composantes PME et affinitaires. Le directeur commercial ajoute « cette nouvelle route est un challenge excitant face à des concurrents comme Air France et Middle East Airline, sans oublier la filiale low cost d’Air France qui arrive en septembre, mais je pense que nous avons un bon positionnement tarifaire, avec des prix inférieurs de 50 à 60 euros à ceux que pratique la concurrence, le tout avec un produit tout inclus ».


 

Pour l’été les prix d’appels tournent autour de 400 euros l’aller-retour en classe éco et de 1000 euros en classe affaires. Pour séduire ses clients Aigle Azur mise aussi sur ses horaires de nuit, véritables avantages concurrentiels à en croire sa direction, mais également sur des cabines entièrement rénovées et un service de grande qualité. La compagnie, qui s’est adjoint les services d’un GSA, espère réaliser 30% de ses remplissages côté Liban.

Auteur

  • Mathieu Garcia

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format