« Le tourisme sera durable… ou ne sera plus »

Blog à part
Costa Dorada Espagne

C’est vertigineux. Au cours des soixante dernières années, le tourisme a connu une croissance quasiment ininterrompue dans le temps. Les arrivées de touristes internationaux ont grimpé de 25 millions dans le monde en 1950 à 278 millions en 1980, puis à 674 millions en 2000, pour atteindre 1,322 milliard de touristes en 2017. Cet élan devrait se poursuivre en 2018. En 2030, l’OMT table déjà sur 1,8 milliard de touristes.

Les destinations sont « notre actif le plus important »

C’est vertigineux. L’Association du transport aérien international (Iata) prévoit pour sa part que le nombre de passagers aériens doublera en 20 ans. L’association évalue à 7,2 milliards le nombre de passagers qui voyageront en avion en 2035, soit près du double des 3,8 milliards de voyageurs aériens enregistrés en 2016.

 

On peut évidemment se réjouir de ces formidables perspectives économiques pour le secteur. On peut aussi s’interroger sur l’impact du tourisme sur l’environnement et sur les populations locales, alors que l’on voit apparaître çà et là des mouvements de rejet, parfois virulents, comme à Barcelone ou à Venise l’été dernier. Taleb Rifai, secrétaire général de l’OMT en 2017, avait alors expliqué que « l’essor d’une activité a toujours des revers, mais cela ne justifie en aucun cas d’y renoncer ». Ajoutant: « il faut au contraire se montrer à la hauteur et l’encadrer au mieux ». C’est toute la difficulté. Mais au-delà de toute considération morale, philosophique ou politique, le tourisme doit impérativement devenir une industrie vertueuse respectueuse des destinations. Pourquoi ? Tout simplement parce que comme le disait récemment Charles de Vivie, en charge de la relation client chez Kuoni, « sans les destinations, nous n’avons plus qu’à mettre la clef sous la porte. C’est notre actif le plus important ». C’est en d’autres termes ce que martelait déjà en 2007 Yves Godot, président d’ATR à cette époque : « le tourisme sera durable ou ne sera plus ».

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.