Pot de départ pour Guillaume Pépy !

Blog à part

Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, quitte son poste le 1er novembre après vingt-cinq ans de bons et loyaux services, dont onze à la tête de l’entreprise. Tout le monde s’accorde à reconnaître l’important travail accompli sous son « ère » pour « réinventer la SNCF ».

Sous l’ère Pépy, retenons la réunification de la SNCF et de Réseau ferré de France en 2014.

Retenons aussi l’ouverture à la mobilité. A la surprise générale, la SNCF a investi dans le covoiturage, dans le transport par autocars ou encore dans le VTC. Poussé par une bonne idée : la SNCF doit permettre des trajets de porte à porte et non plus simplement de gare à gare.

Retenons également la création du site Voyages-sncf.com devenu Oui.sncf.com. C’est aujourd’hui le premier site marchand français avec plus d’un milliard de billets vendus depuis sa création.

Retenons encore le développement du TGV en France. Avec ses déclinaisons internationales comme Eurostar, Thalys ou Lyria, et le premier TGV low cost, Ouigo….

Retenons enfin la réforme qui va supprimer l’embauche au statut et transformer la SNCF en société anonyme le 1er janvier 2020, juste avant l’ouverture des lignes TGV à la concurrence en décembre de la même année.

Guillaume Pépy laisse une entreprise moderne avec des comptes à nouveau positifs. Mais le malaise social est plus que palpable…

Lors des vacances de la Toussaint, de nombreux cheminots ont cessé le travail par surprise faisant jouer leur de droit de retrait après une collision d’un TER dans les Ardennes. Puis, d’autres cheminots, ceux chargés de la maintenance des TGV Atlantique, ont entamé une grève sans préavis il y a une semaine pour une histoire de jours de repos supplémentaires… La direction a fait machine arrière. Mais les grévistes ont maintenu leur mouvement. Ils réclament le paiement des jours de grève ainsi qu’une prime de 3000 euros pour reprendre le travail…

Sympa le pot de départ !

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. « Bons et loyaux services  » ? vous plaisantez. Il devrait être jugé et rendre des comptes pour son incurie : TGV peu fiables et aux services pitoyables, TER à l’abandon, clients et personnels tués lors de deux terribles accidents…

  2. Il est tout de même fort dommage que ses « Bons et loyaux services » ne soient pas allés à la SNCF mais à la marche forcée vers la privatisation du groupe au détriment du service public.

    Retenons que faire concurrence aux trains avec « l’ouverture à la mobilité » en plus d’être contre-productif a été un échec commercial.

    Retenons que « Oui.sncf.com » en plus de ne pas fonctionner correctement et de sonner le glas des guichets en gare affiche des prix parfois exorbitant même en réservant 4 mois à l’avance et fait du surbooking.

    Retenons encore que « le développement du TGV » s’est fait au détriment de l’entretient et de la conservation des lignes de TER – RER – petites lignes etc…

    Il y a 55 milliards de dette le jour du départ de Pepy, parler de « comptes à nouveau positifs » est particulièrement audacieux.

    Lors des vacances de la Toussaint les cheminots ont prévenue la direction à l’avance mais cette dernière a feint de ne rien savoir pour ne pas avoir à prendre ses responsabilités et pour rendre le mouvement impopulaire.

    « Ils réclament le paiement des jours de grève ainsi qu’une prime de 3000 euros pour reprendre le travail… » C’est une fake news, personne n’a jamais revendiqué le paiement des jours de grève, le but ici aussi était de rendre le mouvement impopulaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *