Si on supprimait la classe affaires ?

Blog à part

On parle beaucoup de responsabilité en ce moment. A ce propos, avez-vous noté que de plus en plus de voix s’élèvent pour désigner l’avion comme principal responsable des émissions de gaz à effet de serre ? Ces mêmes voix suggèrent en outre de ne plus voyager pour limiter le réchauffement climatique. Pas si simple. Comme le dit malicieusement Alain Capestan, DG de Voyageurs du Monde, « si nous devions arrêter tout ce qui pollue et détraque la planète, nous retournerions vivre dans les cavernes. Et encore, il faudrait faire attention au feu de bois ! ». De fait, si l’avion est pointé du doigt pour ses importantes émissions de gaz, que dire des monstrueux serveurs informatiques des Gafa qui tournent à plein régime ou des usines à charbon qui ont remplacé le nucléaire en Allemagne ?

Avant que l’on nous interdise de voyager, d’autres pistes plus raisonnables doivent être explorées. La compensation carbone en est une. Mais là encore, ce n’est pas si simple. D’abord, il faut faire le calcul des émissions. C’est un vrai casse-tête. Il peut varier du simple au triple, en fonction du calculateur… Ainsi, sur celui d’Air France, un passager d’un vol Paris-New York émettrait 515 kilos de CO2 alors que sur celui de Good Planet (la fondation de Yann Arthus Bertrand), le même passager sur le même vol en dégagerait près d’une tonne et demie.

Ensuite, il faut fixer le prix de la compensation de la tonne de carbone. Là encore c’est extrêmement variable et peut aller du simple au double. Enfin, il faut savoir si la compensation se calcule à l’espace qu’un passager occupe dans l’avion ou à son poids, au risque de stigmatiser les clients enveloppés. Mais, j’y songe… si, à bord d’un B777 d’AF entre Paris et New York, il y a 40 sièges en business qui occupent un tiers de la cabine et 264 en éco qui en occupent les deux tiers, en supprimant la classe affaires on pourrait faire voyager 92 passagers de plus pour autant d’émissions de CO2, non ?

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *