Avec le Diadema, Costa voit encore plus grand

Croisières

Costa a baptisé en grandes pompes le nouveau fleuron de sa flotte, le Costa Diadema, à Gênes vendredi dernier. Avec cet événement, la compagnie et toute l'Italie donnait de sentiment de pouvoir enfin tourner définitivement la sinistre page du Concordia.Ce soir là, Costa a vu grand. En présence d'Arnold Donald, PDG de Carnival, la maison-mère de Costa Crociere, de Michael Thamm, PDG de Costa, et de tout son staff, le cardinal archevêque de Gênes a baptisé le nouveau navire amiral aux côtés de Massimo Garbarino, le capitaine du Diadema, et de Carolina Miceli, sa marraine. Sans oublier plusieurs milliers d'invités qui étaient présents en tenue d'apparat, mêlés aux premiers passagers – fidèles parmi les fidèles de Costa – en tenue de touriste qui, pour la plupart n'auraient d'ailleurs pour rien au monde voulu rater ces festivités. Et, bonne nouvelle, "la bouteille de Champagne s'est cassée du premier coup" comme l'a justement observé Patrick Pourbaix, directeur général adjoint de Costa France. Pour la première fois de son histoire, la compagnie italienne a choisi une marraine et ses dauphines parmi les agents de voyages de ses marchés les plus porteurs. En effet, aux côtés de la marraine – une belle italienne – une première dauphine française, suivie d'une Allemande, d'une Espagnole et… d'une Chinoise, tout aussi jolies. La présence de cette dernière n'est pas une surprise puisque la Chine est devenue le second marché de la compagnie en nombre de clients, et le troisième en terme de chiffre d'affaires, avec deux navires positionnés là-bas en permanence.
Pour Michael Thamm, le Diadema est "notre plus beau navire". Et si on aime "le luxe à l'italienne", c'est incontestable. Tout le style baroque de l'architecture est rythmé par des jeux de lumières vives et des reflets de miroirs éclatants. Le bateau est gigantesque. Capable d'accueillir environ 4.800 passagers, il mesure plus de 300 mètres de long et dispose de 19 ponts, dont 14 ponts passagers. Il propose 7 restaurants et 11 bars. Ainsi que 3 piscines, 8 jacuzzis, 1 théâtre, 1 casino et même 1 spa. Difficile de ne rien trouver pour ses plaisirs. Comme l'explique Georges Azouze, président de Costa en France, "le Diadema, c'est l'illustration de la croisière pour tous". "En ce moment", poursuit-il, "la croisière de 7 jours est à 500 euros au départ de Marseille", un prix qui ne comprend pas le transport, évidemment, mais qui intègre la pension complète, tous les spectacles et toutes les taxes. Reste à s'acquitter des excursions (que l'on peut réserver à l'avance en agence), et de certains suppléments comme dans quelques restaurants, au bar, au casino ou dans les salles de jeux. Au total, les achats à bord (les excursions, les bars, le shopping et le casino) sont des revenus complémentaires très intéressants pour Costa puisqu'ils représentent 30% du prix d'un séjour qui se situe en moyenne entre 1.000 et 1.200 euros. Avec Le Diadema, Costa va continuer à prendre  des parts de marché aux formules club des TO traditionnels. Car malgré un fort taux de "repeaters", Georges Azouze affirme que "70% de ses clients sont de nouveaux clients". Enfin, avec le développement des attractions ludiques qui apparaissent de plus en plus sur les nouveaux navires, la croisière va commencer à aussi concurrencer les parcs de loisirs.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *