Festival Croisières devrait récupérer bientôt le Mistral

Croisières

Le tribunal de commerce de Marseille a approuvé le recours de Festival.
Deux procédures similaires sont en attente pour les European Stars et Vision.
Les croisières de l’Azur et du Vision des 27 et 30 janvier ont été annulées.
Un souffle d’espoir plane sur la compagnie de croisières paneuropéenne. Le tribunal de commerce de Marseille vient en effet d’approuver le recours déposé par Festival et a ordonné la saisie conservatoire immédiate du navire Mistral au profit de la compagnie. « Nous devrions récupérer le bateau d’ici peu de temps », annonce Muriel Austerlitz, directrice marketing, qui ne peut, par contre, se prononcer sur le délai d’attente avant la reprise de la programmation. Rappelons les faits : une filiale du groupe Alstom avait obtenu le 16 janvier la saisie de Mistral, effectuée le 18 janvier au soir à Marseille, alors que des négociations concernant le rééchelonnement de la dette du groupe était en cours depuis plusieurs semaines avec des banques italiennes et le Crédit Agricole Indosuez. La compagnie avait alors dénoncé un vice de forme et la violation du principe de bonne foi par rapport aux pourparlers en cours parfaitement connus d’Alstom. Deux procédures similaires étaient engagées pour l’European Stars et l’European Vision, immobilisés à Barcelone et à la Barbade depuis les 18 et 21 janvier. En revanche, alors que la compagnie confirmait mardi dernier (Cf. QDT n° 2314 du 27/01) que les croisières des deux seuls navires restants, l’Azur et le Caribe, étaient épargnées, on apprenait mercredi que finalement le départ de l’Azur le 27 janvier avait été annulé à la dernière minute pour « raisons techniques sur l’un des moteurs ». Concrètement, « seul le Caribe naviguera cette semaine et Festival ignore à l’heure actuelle si la croisière de l’Azur du 6 février est maintenue », souligne Muriel Austerlitz, qui poursuit en précisant que « celle de l’European Vision du 30 janvier est annulée depuis mardi, et les agences de voyages ont été prévenues immédiatement par fax ». Enfin, les Bolero et Flamenco, officiellement affrétés par des TO espagnols jusqu’en 2005, avaient quitté le port du Pirée samedi dernier. Mardi soir, ils étaient immobilisés à Gibraltar.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *