Hurtigruten continue de progresser sur le marché français

Avec une augmentation de ses capacités, la compagnie Hurtigruten entrevoit l’avenir avec sérénité. De nouveaux bateaux mais également de nouveaux produits sur le marché français, en particulier, sur les croisières d’exploration devraient permettre de booster l’activité.

 

Hurtigruten ne faiblit pas. Bien au contraire. En 2016, le TO de la compagnie de l’Express Côtier a fait partir 12 800 clients français représentant un chiffre d’affaires de 18 ME, soit une progression de 16% par rapport à l’année précédente. « Il y a certains marchés qui ne sont pas en progression. Nous avons fait du bon travail » se félicite Christine Bois, directrice générale Hurtigruten France. Et de mettre en avant « les 4-5 départs par mois avec accompagnement francophone qui sont demandés et bien vendus par les agents de voyages ».

Sur la partie exploration (Antarctique, Spitzberg, Groenland, Islande, Canada, Amérique du Sud), Hurtigruten a fait partir 900 personnes en 2016, soit 300 de plus qu’en 2015, ce qui représente un chiffre d’affaires de 4,2 ME (+60%). « Nous avons une équipe forte et soudée qui connait bien ses produits » affirme la directrice générale qui précise avoir « développé les ventes sur le Spitzberg et l’Antarctique qui marchent très bien ».

 

A ceux qui voudraient confronter Ponant et Hurtigruten sur les croisières d’exploration, Christine Bois rappelle que la compagnie norvégienne tient à « garder son positionnement premium ». Quant aux clients hésitants, « ils trouveront chez nous un plus large choix d’itinéraires, plus fouillés, plus poussés, à l’image de ceux proposés sur le Spitzberg ».

Après l’intégration du MS Spitsbergen dans sa flotte l’été dernier, Hurtigruten table sur l’arrivée de deux nouveaux navires d’exploration hybride : le Roald Amundsen à l’automne 2018 et le Fridtjof Nansen l’automne 2019. De nouvelles capacités rendues nécessaires et de nouveaux itinéraires qui vont booster l’activité de la compagnie sur les différents marchés. « Nous avons déjà fait un dossier sur l’Antarctique sur le Roald Amundsen pour 2019 » se réjouit Christine Bois.

Fort déjà de 12 bateaux sur la Norvège, Hurtigruten, qui a fait des croisières d’exploration un axe de développement privilégié, dispose cette année de 4 unités positionnées sur ce segment : le MS Spitsbergen, le MS Midnatsol, le MS Fram et le MS Nordnorge l’été sur le Spitzberg. « Sur le MS Fram, nous proposons des croisières plus courtes, 12 jours en Antactique » précise la responsable.

Nouveauté. Hurtigruten commercialise en avril prochain un séjour terrestre de 3 ou 4 nuits au Spitzberg couvrant la période mi-novembre mi-décembre. Compter environ 1 500 euros pour les vols Paris-Oslo-Longyearbyen et 3 nuits d’hôtels. Et sans doute l’assurance de voir des aurores boréales.

 

Le BtoB qui concentre environ 65% des ventes demeure un canal prioritaire. Les vendeurs recevront première quinzaine de mars dans leur point de ventes les nouvelles brochures. Il n’y a plus de cahier des prix séparé. Les tarifs figurent dans la même page que le produit présenté. Outre des sessions de formation dans ses locaux parisiens, Hurtigruten s’associe à de nombreuses soirées client organisées par des agences de voyages. « Nous avons une cinquantaine d’agences qui nous revendent très bien » affirme Christine Bois. Parallèlement Hurtigruten s’est doté d’un nouveau site marchand en novembre dernier, d’un accès plus facile et convivial.

Côté salons, Hurtigruten participera au Mahana Lyon du 10 au 12 février, au Mondial du Tourisme à Paris du 16 au 19 mars, et confirme sa présence à l’IFTM Top Resa du 26 au 29 septembre 2017.

L’année en cours est très bien engagée puisque sur la Norvège 64% du budget a déjà été réalisé. De quoi espérer atteindre l’objectif d’environ 20 ME (+16%) fixé par la compagnie. Sur la partie exploration, 66% des objectifs ont déjà été atteints. De bon augure !

Publié par David Savary

Journaliste – Le Quotidien du Tourisme

Me contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *