Hurtigruten veut faire de ses clients de véritables explorateurs

Croisières
Christine Bois-Beauval, directrice générale d'Hurtigruten France

Alors qu’Hurtigruten s’apprête à inaugurer ses deux nouveaux navires hybrides, le Roald Amundsen en mai prochain puis le Fridtjof Nansen à l’été 2020, elle devra aussi composer à partir du 1er janvier 2021 avec un autre opérateur sur la célèbre ligne de l’Express Côtier. Pas de quoi désorienter la compagnie norvégienne qui anticipe en misant plus que jamais sur les croisières d’exploration.

 

 

Fin du monopole sur la ligne de l’Express Côtier

 

« Les deux années qui viennent sont très importantes. Nous ne voulons pas manquer le virage sur les croisières d’exploration » déclare Christine Bois-Beauval, directrice générale d’Hurtigruten France. Il est vrai que la compagnie va faire face à une double actualité. D’abord l’arrivée dans sa flotte de deux nouveaux bateaux, le MS Roald Amundsen en mai prochain puis le MS Fridtjof Nansen l’année suivante. Ensuite, à compter du 1er janvier 2021et après un monopole de plus de 125 ans, Hurtigruten va devoir partager la ligne de l’Express Côtier (34 escales entre Bergen et Kirkenes dont 21 au-delà du Cercle Polaire) avec une autre compagnie, Havila Shipping. Ainsi en a décidé le ministère norvégien des Transports. Si Havila disposera de quatre bateaux, Hurtigruten en aura sept contre onze aujourd’hui. Pour la compagnie dirigée par Daniel Skjeldam, cette double actualité constitue surtout une opportunité pour redéployer sa flotte et mettre l’accent sur les voyages d’exploration.

 

Deux nouveaux navires…

 

Le Roald Amundsen et le Fridtjof Nansen sont annoncés comme « les paquebots les plus perfectionnés, les plus sûrs et les plus respectueux de l’environnement  avec une consommation réduite de l’ordre de 20% ». Ils pourront accueillir chacun 530 passagers. « Les 265 cabines seront extérieures et la moitié disposera d’un balcon privé. Cela répond à la demande des clients qui souhaitent bénéficier d’un peu plus d’espace  » souligne Christine Bois-Beauval. Dotés de multiples équipements d’expédition sur mesure, les deux navires hybrides proposeront trois restaurants avec aussi de grands salons panoramiques.

 

 

Le Roald Amundsen effectuera au départ de Lisbonne une première croisière le 17 mai prochain, jour de la fête nationale norvégienne. Le bateau sera ensuite positionné sur Hambourg avant, à partir du mois de juillet gagner le Groenland. Les navires sont destinés à l’exploration et navigueront à termes vers le passage du Nord-Ouest, le Spitzberg, le Groenland, l’Alaska, l’Antarctique, les îles Malouines, l’Amérique du Sud ou encore les fjords chiliens.

 

Pour de nouveaux itinéraires

 

Avec le désengagement contraint sur la ligne de l’Express Côtier, « nous aurons autant de bateaux sur l’exploration que sur la Norvège. Cette augmentation de capacité va nous aider. Nous allons faire plein de choses » s’enthousiasme Christine Bois. D’autant plus que l’ensemble de la flotte a été ou sera entièrement rénovée.

 

Dès la prochaine saison (avril 2019 – mai 2020), Hurtigruten propose plus de 200 départs avec accompagnateur français sur la Norvège, et une trentaine d’itinéraires comprenant 30 départs francophones sur les croisières d’exploration. Parmi les grandes nouveautés, « le passage du Nord-Ouest sur les traces de Roald Amundsen », un périple de 24 jours au départ de Copenhague à destination de Vancouver (départ le 20 août 2019, à partir de 13 645 euros) ; la découverte des « îles aléoutiennes, ours et passage intérieur », une croisière de 18 jours au départ de Vancouver entre Alaska et Canada (départ le 10 septembre 2019 avec accompagnateur français, à partir de 5 217 euros). Ces deux croisières s’effectueront à bord du nouveau bateau MS Roald Amundsen. A noter que de nouveaux itinéraires sont également proposés en Antarctique.

 

 

Hurtigruten qui a banni le plastique à bord de ses navires depuis l’été dernier offre le supplément cabine individuelle pour les voyageurs seuls réservant avant le 31 janvier 2018. Par ailleurs, la compagnie est tellement convaincue que les aurores boréales vont apparaître lors d’un voyage à bord de ses navires, que si aucune activité n’est enregistrée pendant les 12 jours de navigation, elle offre un voyage de 7 jours l’année suivante.

 

 

Former les agences, un besoin vital

 

Hurtigruten réalise actuellement 80% de son chiffre d’affaires sur la Norvège et donc 20% sur les croisières d’exploration. En moyenne chaque année, la compagnie fait partir 13 000 passagers sur la Norvège et 900 sur l’exploration. « Pour l’an prochain, on me demande d’augmenter de 35% le chiffre d’affaires lié à l’exploration » indique Christine Bois-Beauval. Une preuve qui montre bien la volonté de la compagnie de booster ce type de croisières dont le panier moyen est bien supérieur à celui réalisé sur la Norvège.

 

Pour développer son activité exploration, Hurtigruten France compte bien sûr s’appuyer ses partenaires distributeurs. « Nous faisons beaucoup de formation, des petits-déjeuners à Paris et en province » précise Christine la directrice générale pour la France. Lors de ses débuts le printemps prochain, le Roald Amundsen fera étape à Honfleur et Saint-Malo. L’opportunité là encore de faire visiter le bateau. « Nous connaissons bien nos clients. Nous pouvons donc aider les agences, leur donner un argumentaire » rappelle Christine Bois-Beauval convaincue de l’aspect « vital » de la formation.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *