La croisière sent le souffle de la reprise

Croisières

Au niveau mondial, le secteur de la croisière célèbre une bonne santé retrouvée grâce au retour de la clientèle américaine. Sur le marché français, la tendance semble également à la hausse même si la prudence reste de rigueur.
Pour la première fois depuis les attentats du 11 septembre, les compagnies de croisières américaines veulent de nouveau croire en leur bonne étoile. Selon les chiffres fournis par l’Association internationale de la croisière (CLIA) lors du « Seatrade Cruise Shipping Convention » de Miami (ce grand rendez-vous mondial de la croisière a ouvert ses portes mardi), l’année 2003 affiche un record de fréquentation de plus de 9,5 millions de passagers dans le monde. Ce nouveau souffle serait dû majoritairement au retour de la clientèle américaine, qui représente encore aujourd’hui 90 % de la demande mondiale. L’optimisme retrouvé outre-Atlantique est pourtant loin d’être partagé en France, malgré quelques signes encourageants. Car, même si la tendance est également à la hausse, la distribution spécialisée reste prudente, tant le secteur de la croisière revient de loin. « Le début de l’année est meilleur que l’an dernier précise Patrick Gaudfrin, gérant d’ABCroisiere.com, mais il ne faut pas oublier qu’à cette époque la guerre en Irak avait largement ralenti les ventes ». L’activité croisière, à l’image de l’ensemble du secteur du tourisme, reste en effet très dépendante de l’actualité internationale, ce qui l’oblige à naviguer trop souvent à vue. « Nous avons constaté une importante reprise début mars qui semble déjà s’essouffler, probablement à cause des attentats survenus à Madrid. Nous avons l’impression de ne plus rien contrôler » confie Ludovic Alazraki de l’agence Route Marine. Ce phénomène de yoyo est d’ailleurs éprouvant pour les nerfs d’Alexandre Serban, directeur de FMP Voyages, qui qualifie le mois de mars de « désastreux » alors que janvier et février ont été « très bons ». Difficile d’afficher un optimisme débridé dans ces conditions. Les agences doivent alors redoubler d’efforts pour convaincre les futurs croisiéristes : « l’année commence très fort et nous récoltons aujourd’hui les fruits d’un investissement engagé l’an dernier. Cette reprise n’est en aucun cas due à l’évolution du marché mais uniquement au travail que nous fournissons », conclut Pierre-Yves Canton, PDG de The Cruise Company.
Costa Croisières et MSC surfent sur le haut de la vague
« Au 13 mars 2004, nous avons déjà réalisé le même nombre de passagers que sur l’ensemble de l’année 2003, soit 75 000 clients, le tout avec deux bateaux supplémentaires en circulation ». Le ton est immédiatement donné par Patrice Régnier, directeur commercial de Costa France, dont la compagnie affiche une grande confiance pour l’année en cours. « Tous les investissements engagés ces dix dernières années dans les médias et auprès des agences de voyages n’ont pas été vains et nous permettent aujourd’hui d’être dans le top ten des grandes marques du tourisme ». Gain de notoriété auprès du grand public et de confiance auprès de la distribution, telle est donc la recette du succès du leader de la croisière dans l’Hexagone. Désormais seconde compagnie en France, MSC se montre tout aussi optimiste avec une croissance constatée de 15 % sur les trois premiers mois de l’année : « dans ce contexte, nous visons les 15 000 clients d’ici 2007 », déclare Antonio Donsanti, DG France, qui ajoute que la compagnie a renforcé son équipe commerciale : « nous sommes maintenant présents dans toutes les régions françaises et notre référencement est en cours avec plusieurs réseaux ».

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *