Le Costa Concordia fait naufrage, six morts dont deux Français

Croisières

Cinq personnes sont mortes, dont deux Français, dans la nuit de vendredi à samedi après l'échouement au large de la Toscane du Costa Concordia avec plus de 3 000 passagers et un millier de marins à bord. Une dizaine de passagers français manquaient encore à l'appel dimanche soir.
Le Costa Concordia effectuait une croisière en Méditerranée quand il a heurté un rocher près de l'île du Giglio alors que les passagers étaient en train de dîner. Il venait de quitter le port de Civitavecchia. Dans la panique qui s'est ensuivie, des passagers ont sauté dans l'eau glacée. Une passagère journaliste, Mara Parmegiani, a décrit des "scènes de panique dignes du Titanic", avec une bousculade parmi les évacués, des cris et des pleurs. "Je ne sais pas ce qui s'est passé, nous avions très peur et très froid parce que nous étions en tenue de soirée. Nous n'avons pas eu le temps de récupérer quoique ce soit, on nous a donné des couvertures mais ce n'était pas assez", a-t-elle souligné. L'armateur Costa Crociere a précisé dans un communiqué que le bateau transportait 3.200 passagers et un millier de membres d'équipage et que le navire était parti "de Savone pour une croisière en Méditerranée, avec des escales prévues à Civitavecchia, Palerme, Cagliari, Palma de Majorque, Barcelone et Marseille. "C'est une tragédie pour Costa Croisières et c'est le premier accident de ce type depuis 26 ans que je suis dans la compagnie", a déclaré Georges Azouze, président France, indiquant que 17 bateaux de sa compagnie parcourent les mers du globe tout au long de l'année. La compagnie, qui a mis en place un numéro d'urgence pour les familles (06.77.80.32.23), a affirmé qu'une enquête serait immédiatement lancée après "la phase de sauvetage" pour connaître les causes de l'accident. Le navire comptait notamment un millier de passagers italiens et 460 Français. Francesco Paolillo, un garde-côte a indiqué qu'il y avait une brèche de 30 mètres dans la coque mais qu'il est trop tôt pour dire exactement ce qu'il s'est passé. "Nous pensons que c'est parce que le navire a navigué trop près d'un obstacle comme un rocher".

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (12)

  1. Je suis choqué de ce que je viens de lire.
    Il ne me semble pas avoir entendue de catastrophe de ce genre depuis l’epoque ou le mistral de festival c’etait enlisé ( heuresement plus de peur que de mal ).
    En tous cas costa je vous soutien dans cette teriible epreuve a venir et mes condoleances aux familles des victimes.Je pense qu’on n’en saura plus dans la semaine

    1. j’ai voyagé sur ce circuit fin septembre 2011 sur ce bateau, je me sens très mal, car il y a 3 mois, j’étais sur le bateau
      je pense que le personnel était à l’écoute, souriant, je pense au personnel logé dans la soute, a t-il réussi à sortir du bateau, nous avions fait une opération de sauvetage, mais nous n’étions pas vraiment à l’écoute, sur ce type de bateau c’est l’usine, le bateau fait le circuit toutes les semaines toute l’année, de plus les touristes italiens sont très exubérants, égoïstes, pas du tout disciplinés, pas très polis avec le personnel, et par conséquent, incapable de se discipliner pour sortir du bateau, j’espère que notre hôtesse HELENE et son mari sont indemes, je pense beaucoup à eux

    2. Plus que de critiquer les nationalités à bord et presentez vos condoléances ! Et les français à bord étaient comment ? Vous y étiez non alors?

  2. j’étais à bord du costa concordia début novembre et je suis très choqué par cette catastrophe De plus j’ai fait la connaissance de cer tains membres de l’équipage et je pense très fort à eux en ce moment

  3. J’adresse mes condoléances les plus sincères aux parents des victimes. Mais ceux qui, en grande majorité, ont survécu, peuvent se féliciter de la chance extrème que le naufrage soit survenu à quelques dizaines de mètres de la terre ferme. Si ce bateau avait coulé au large, il est probable que la majorité des passagers auraient péri, et je m’en explique : Ayant fait une croisière du même type l’an dernier sur ce bateau, j’ai pu constater combien le « petit personel », en général d’origine lointaine, était sur-exploité par cette enseigne. Bien qu’un exercice d’évacuation ait lieu dès le départ, il faut se remettre dans les conditions de stress en cas d’incident majeur. Où les « petites mains », chargées d’aider à l’évacuation des passagers, songeront d’abord à sauver leur peau. En considérant qu’ils n’iront pas mettre leur vie en danger pour la somme ridicule qu’ils gagnent à bord. Ou encore des indemnités minables que leurs familles pourraient ne jamais toucher à la suite d’un hypothétique procès, où il sera difficile de se faire entendre sur base d’un contrat régi sur base d’une législation laxiste. De là, lorsqu’un tel incident survient malheureusement, les coinséquences s’amplifient par le manque « d’entrain » de ceux pour qui le sens de l’honneur et du devoir est peut être absent, du fait du manque de considération de l’employeur. Bien avant cette catastrophe, je m’étais promis de ne plus mettre les pieds dans cette « combinazione », relevant essentiellement du tape à l’oeuil et de l’aspiration maximale des moyens financiers des passagers, clientèle captive à bord.

    J’ai dit,

    (s) Jacques HENRION
    Détective Privé
    Cabinet HONORE.

  4. Je devais prendre se bateau avec des amis demain à MARSEILLE pour la croisière ça ma glacer le sang quand j’ai vu ça au info car avec mes amis on avais le choix de partir cette semaine ou la semaine prochaine mais une amie ne pouvais pas cette semaine donc on a opter la semaine prochaine un ange gardien étais avec nous.

  5. Mon Mari et moi_même avions été à bord du Concordia il y a 2 ans! Nous sommes très inquiets pour le personnel qui loger dans la soute! et pour Anne-Lise barman qui était très souriante et agréable qui gagnait de quoi survivre. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles qui ont perdu un être cher. Ce drame aurait pu nous arriver mais notre heure n’étais pas sonné. Que Dieu bénisse ces familles.

  6. J’étais sur le navire, j’ai vu des italiens bousculés des enfants pour arriver au buffet sur le 12ème pont, se servir des montagnes de nourriture qui restent dans l’assiette, après 3 cuillères englouties, tous les français à bord vous le diront, sur le CONCORDIA, nous étions 142 francophones et 16OO italiens, sans aucune éducation, alors vous taisez vous car tous les suisses, les canadiens, les français à bord vous le diront sans foi ni loi, incroyables, impensables, il fallait le voir pour le croire, à 1 heure voir 2 heures du matin des enfants de 2 ans endormis sur les tables, les parents continuant de danser et de s’amuser, comment voulez vous qu’ils pensent à s’entraider dans ces conditions

    1. Et vous qui êtes française…pendant ce temps là..que faites-vous? Vous râlez, vous râlez..
      Alors si on fait des généralités, les français à bord devaient tous râler, vu que les 1600 italiens étaient tous « insupportables ».
      La prochaine fois, un conseil Madame : RESTEZ CHEZ VOUS.

  7. Mme Andrée KURDIAN,A tire d’aile
    Mr Henriot, je vous plains beaucoup et vous me faites honte !
    Dire que « les petites mains » dont vous parlez, n’auraient pensé qu’à « sauver leur peau » est indécent. Cela montre comment vous vous seriez, vous-même, conduit dans de telles circonstances, et d’ailleurs, le métier abject que vous faites, montre bien le genre de personnes que vous êtes !
    Je suis sûre que serveurs ou femmes de chambre ont joué leur rôle du mieux qu’ils pouvaient. Ce qui n’a pas dû être facile, car devant 3000 personnes qui paniquent, que voulez-vous qu’ils fassent ?
    Taisez-vous ! Et pensez plutôt aux familles en deuil, aux blessés, à ces « petites mains » qui n’ont plus de travail, et à l’ensemble de l’équipe Costa, à terre et en mer, qui est en train de vivre des moments très difficiles, à qui je garde toute ma confiance, et que je continuerai à vendre en toute tranquillité.
    Taisez-vous ! On ne sait encore rien de ce qui s’est vraiment passé. Peut-être que le commandant a mal évalué l’importance de l’impact, peut-être qu’il n’a pas su donner les bonnes directives, peut-être qu’il a quitté le navire trop tôt, mais, pour l’instant, on ne sait pas pourquoi.
    Alors arrêtez de colporter des insanités !!
    Il y a des milliers de morts sur les routes chaque année, et vous continuez à utiliser votre voiture. Idem pour l’aérien. Ce n’est pas parce qu’un commandant a peut-ête commis une erreur qu’il faut dénigrer une Cie entière.
    Je ne vous salue pas, mais j’espère que ceci vous aidera à réfléchir un peu.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *