Pour son retour en Europe, le Costa Fortuna va être rénové

Croisières

Costa Croisières annonce que des travaux de rénovation de grande ampleur vont être entrepris dans différents espaces du Costa Fortuna, qui quittera chaque vendredi le port de Gênes à compter de fin mars 2019 avec des escales à Marseille le samedi pour des croisières en Méditerranée.

 

Ces travaux de rénovation de grande ampleur vont être entrepris à bord du Costa Fortuna sur le chantier naval de Singapour du 10 au 16 décembre 2018. Ils représentent un investissement de 8 millions d’euros, portent notamment sur la rénovation de nombreux espaces publics du navire et sur la création de nouveaux services destinés aux passagers.

 

Le Costa Fortuna, qui peut accueillir 3 470 passagers, sillonne actuellement les mers asiatiques, mais fera son grand retour en Europe dès la fin du mois de mars 2019 et partira chaque vendredi de la ville de Gênes pour des croisières d’une semaine en Méditerranée. Une grande partie des travaux prévus portera sur la création d’espaces dans lesquels seront proposés les produits et expériences typiquement italiens qui font la renommée de la marque Costa Croisières. Ces services seront proposés sur les croisières en Extrême-Orient au départ de Singapour prévues entre décembre 2018 et février 2019 et sont déjà disponibles à la vente sur tous les marchés.

 

La rénovation du Costa Fortuna a été confiée aux experts d’Artefice Group, un groupe italien indépendant comptant plus de 22 années d’expérience dans le langage de conception des marques et des commerces sur les marchés national et international, à l’exception du Costa Shop, qui sera repensé par Dordoni Architetti, cabinet milanais ayant récemment conçu les cabines du Costa Smeralda, le nouveau navire amiral de la flotte Costa.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Comment peut-on avoir envie de voyager sur un de ces immeubles flottants, où les personnels issus de pays miséreux sont sous-payés, et qui polluent monstrueusement !

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *