Le groupe Royal Caribbean veut confirmer ses ambitions sur le marché français

Croisières
Christella Giorgis, directrice des ventes France, et Emmanuel Joly, directeur commercial Euzone.

Alors qu’une nouvelle directrice des ventes vient d’être nommée, le groupe Royal Caribbean International (Royal Caribbean, Celebrity Cruise et Azamara Club Cruises) veut confirmer ses ambitions sur le marché français. Entre l’arrivée de nouveaux navires et le lancement d’une île privée aux couleurs de la marque aux Bahamas, les agents de voyages trouveront matière à nourrir la curiosité et les demandes de leurs clients.

 

« Au 31 juillet, nous avions atteint nos objectifs sur l’année 2019 » se réjouit Emmanuel Joly, directeur commercial Eurozone chez Royal Caribbean Cruises Ltd, qui indique toutefois que le groupe ne communique pas sur le nombre de passagers français. « Ce que je peux dire, c’est que nous représentons environ 5% du marché français de la croisière ».

 

Un chiffre qui devrait sensiblement augmenter quand on sait que Royal Caribbean et Celebrity vont augmenter leurs capacités sur la Méditerranée. Ainsi l’Allure of the Seas (sistership du Symphony dans la classe Oasis) sera entièrement rénové, et proposera dès le mois de mai prochain des croisières méditerranéennes de 7 nuits au départ de Barcelone. Celebrity n’est pas en reste puisque la compagnie au printemps prochain va mettre à flot l’Apex, navire actuellement en construction aux Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Après quelques croisières au départ de Southampton, celui-ci sera basé en Méditerranée avec des départs depuis Barcelone et Rome. A noter que cinq autres navires doivent être construits aux Chantiers de l’Atlantique d’ici 2023.

 

A ceux qui militent pour un départ depuis Marseille, Emmanuel Joly leur répond que « ce n’est pas pour le moment dans la stratégie à court termes du groupe, la priorité étant d’abord de consolider la relation avec la distribution ». En conséquence, une directrice des ventes France a été nommée cet été. Royal Caribbean Cruises Ltd est désormais la principale interlocutrice sur le marché français et pour principale mission d’aider à sa croissance. « C’est un marché qui croit tous les ans et dont le panier moyen par passager a augmenté de 30% depuis 2012. Il est bien supérieur à MSC et Costa » complète Emmanuel Joly précisant que Royal Caribbean Cruises Ltd travaille avec « 500 ou 600 agences en France ».

 

A la nomination de Christella Giorgis s’ajoute le recrutement de trois nouveaux commerciaux pour la région parisienne et Grand Sud, soit au total six personnes à plein temps sur le marché français. « Au back office à Barcelone, il y a aussi des gens qui s’occupent exclusivement de la France » ajoute le directeur commercial Eurozone.

« A chaque escale en France, nous nous efforçons de faire venir des agents de voyages. Il y en a entre 2 000 et 2 500 qui montent sur les bateaux chaque année. Cela leur donne une bonne idée du produit » explique Christella Giorgis.

 

S’il n’y a pas de départs de France, Royal Caribbean communique beaucoup sur ses packages aériens permettant d’accompagner le client. « L’aller-retour Paris-Barcelone et Paris-Rome est à 200 euros avec transfert inclus ; le Paris-Miami et Paris-New est à 750 euros » affirme Emmanuel Joly précisant que ces packages sont « commissionnés à 10% ».

 

Par ailleurs Royal Caribbean International célèbre les 100 jours de « Perfect Day At CocoCay », sa nouvelle collection d’îlots privés, en proposant de nouveaux itinéraires de 5 jours/ 4 nuits disponibles depuis le 30 septembre. Afin de « prolonger l’expérience à terre avec le même niveau de satisfaction que sur le navire », ceux-ci incluent deux visites sur la principale destination insulaire privée du secteur : « Perfect Day At CocoCay ». Au cours de ces escapades, les passagers auront le double du temps nécessaire pour profiter pleinement de cette île.

 

« Les compagnies de croisières représentent 1% du marché des vacances. A nous de devenir une véritable alternative de vacances pour les consommateurs français » conclut Emmanuel Joly.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *