Neil Palomba, président de Costa, « nous ne sommes pas les responsables du tourisme excessif »

Croisières
Neil Palomba, président de Costa Croisières.

Alors que la compagnie fête cette année ses 70 ans et la 25ème édition de ses Lauréats de la Mer à bord du Costa Favolosa, son président Neil Palomba est monté au créneau pour dire que les compagnies de croisières sont accusées à tort d’être les responsables du sur-tourisme ou tourisme excessif.

 

 

Costa Croisières entend être exemplaire en matière de développement durable et de protection de l’environnement. C’est même inscrit dans l’ADN de la compagnie. C’est elle qui le dit. Alors quand on pointe du doigt les bateaux de croisières comme étant l’une des causes du phénomène de tourismophobie, cela ne plait pas du tout aux dirigeants de la compagnie. « Nos navires sont très visibles. Il est donc facile de faire retomber la responsabilité sur nous » souligne Neil Palomba. Selon le président de Costa, « le tourisme de croisière est un tourisme organisé, respectueux des lieux et des gens visités ».

 

Neil Palomba prend en exemple Venise et ses 25 millions de touristes annuel. « Sur ces 25 millions, seulement 1,5 million, soit à peine 6% sont des croisiéristes. Et sur ces 1,5 million, 50% ne passent pas par la lagune. Cela prouve que nous ne sommes pas le problème du tourisme excessif. Et cela, vous devez l’expliquer à vos clients » affirme le dirigeant en s’adressant aux quelque 1 800 agents de voyages et partenaires présents dans la salle du théâtre du Costa Favolosa.

 

Mais ce qui est vrai pour Venise ne l’est sans doute pas pour d’autres destinations comme Dubrovnik, Barcelone ou Majorque. « Nous savons le jour et l’heure où se rendent nos touristes 18 mois à l’avance. Nous pouvons donc contrôler les flux » répond Neil Palomba qui répète que « c’est un tort d’accuser les compagnies de croisières ». Quoi qu’il en soit, chez Costa  on est prêt à discuter avec les représentants des destinations, des institutions, et voir comment il est possible de travailler ensemble afin de trouver des solutions et lutter contre le tourisme excessif. « Parce que nous souhaitons aussi que le client ait une expérience positive dans toutes les destinations du monde où il se rend » conclut sur ce sujet Neil Palomba.

 

 

 

Costa a également profité de cette mini-croisière à bord du Favolosa pour rappeler son engagement en matière de réduction de gaspillage alimentaire. Mis en œuvre il y a trois mois, le programme « 4 Good Food » vise à réduire de moitié le gaspillage alimentaire à bord des navires de la flotte Costa d’ici 2020. Un projet pilote a été développé « avec succès » sur le Diadema à partir de 2016. Le programme a ainsi permis la réduction de plus de 50% des déchets alimentaires en 11 mois, soit une économie de 1 189 tonnes de CO2 (l’équivalent de 231 véhicules sur une année). Selon les études, un restaurant gaspille en moyenne 284 grammes de nourriture par personne et par repas. Cela se compare aux 216 grammes mesurés sur la flotte Costa avant le lancement du programme « 4 Good Food ».

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Je suis une voyageuse individuelle depuis les années 70, Je ne comprendrais jamais que l’on puisse voyager à 6000 et maintenant 9000 personnes, comment peuvent-ils rencontrer les gens du pays ??????????

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *