Pour la première fois en France, un navire de croisière condamné pour pollution

Croisières

Le capitaine de l’Azura (groupe Carnival) a été condamné ce lundi 26 novembre par le tribunal correctionnel de Marseille à payer 100 000 euros pour avoir enfreint les normes antipollution et utilisé un carburant trop riche en soufre lors d’une escale dans la cité phocéenne en mars dernier.

 

 

C’est une première qui fera date. Evans Hoyt, le capitaine de l’Azura un géant des mers de 290 mètres de long (1 557 cabines) qui faisait escale dans la cité phocéenne en mars dernier , a été condamné à 100 000 euros d’amende. Le jugement précise que l’armateur, le groupe Carnival, devra s’acquitter de 80 000 euros, correspondant à 80 % de cette amende.

 

Le capitaine américain de l’Azura et le groupe Carnival étaient poursuivis pour « utilisation, par un navire en mer territoriale, de combustible dont la teneur en soufre est supérieure aux normes autorisées en matière de pollution de l’air ». Le paquebot avait été contrôlé le 28 mars par le Centre de sécurité des navires lors d’une escale dans le port de Marseille. Les inspecteurs avaient constaté qu’il utilisait un carburant avec une teneur en soufre de 1,68 %, supérieure à la limite autorisée (1,5 %).

 

Lors de ses réquisitions, suivies par le tribunal, le procureur de la République Franck Lagier avait accusé l’armateur d’avoir voulu « économiser de l’argent au mépris des poumons de tout un chacun dans un contexte de pollution majeur de l’air causée pour partie par les croisières ». Avant Marseille, l’Azura avait fait escale à Barcelone pour faire le plein de carburant. Le navire avait reçu une livraison de 900 tonnes pour environ 341 100 dollars (environ 300 000 euros). Elle lui aurait coûté 552 400 dollars (486 300 euros) s’il avait privilégié un carburant moins sale.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. loool quelle belle blague !
    « Le navire avait reçu une livraison de 900 tonnes pour environ 341 100 dollars (environ 300 000 euros). Elle lui aurait coûté 552 400 dollars (486 300 euros) s’il avait privilégié un carburant moins sale. »
    Et on lui met une amende de… de… 100 000€ !!!

    En clair Carnival, n’est pas prêt d’arrêter : à chaque plein, même après amende, ça leur laisse 86 000€ d’économisé. De quoi sabrer quelques belles bouteilles de champagne pour se féliciter de continuer.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *