Queen Mary 2 : Des centaines de français embarquent au Havre pour une transatlantique direction New York

Croisières
queen mary 2
Environs 750 passagers français embarquent à bord du Queen Mary 2

Le Queen Mary 2 accueille des passagers français. Comme à la grande époque des voyages transatlantiques en paquebots, 750 passagers français se rendant à New York, embarquent aujourd’hui, vendredi, du Havre à bord du seul liner effectuant encore la traversée, le Queen Mary 2.

Le Queen Mary 2, prestigieux paquebot de la compagnie britannique Cunard qui part d’ordinaire depuis son port d’attache de Southampton, a fait une exception  pour ce voyage, en permettant au Havre, à l’occasion de son 500e anniversaire, de redevenir la porte française vers l’Amérique, ce qu’il a cessé d’être depuis les déboires du paquebot France, en 1974.

 

Les premiers passagers, surtout des Normands dont une grande proportion de Havrais, ont commencé à embarquer vers 10h30. Les autres devaient suivre dans l’après-midi pour un départ en fanfare prévu à 20h.

Les voyageurs français, spécialement pris en charge, au milieu de quelque 2000 passagers britanniques, avaient  réservé leur place dès avril 2016 pour vivre cette expérience, courante dans les années 50 et 60 – pour la clientèle aisée – mais devenue aujourd’hui exceptionnelle. Les heureux élus ont dû s’acquitter d’entre 2.800 et 3.400 euros pour effectuer le trajet.

 

L’idée avait germé il y a quelques années à l’Hôtel de Ville du Havre de passer un accord avec Cunard pour que soient réservées à des passagers français 500 places, en relation avec le cinquième centenaire du port. Les réservations ont été ouvertes en avril 2016. « En septembre tout était booké et Cunard a accepté de rajouter 250 places », a expliqué Rémy Arca, agent de la compagnie pour la France.

 

La compagnie prévoit d’autres traversées transatlantiques à l’avenir pour les Français nostalgiques de ce type de voyages, qui ont progressivement disparu avec l’essor de l’aviation.

 

Le Queen Mary 2, construit en France à partir de 2003 -une première pour un navire britannique – aux chantiers navals de Saint-Nazaire, est le seul paquebot restant dans le monde qui soit spécialement équipé pour affronter les eaux parfois agitées de l’Atlantique Nord.

 

 

Publié par la rédaction avec l'AFP
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *