Surtourisme : Venise face à un déferlement d’un million et demi de passagers de croisière

Croisières

Avec la course au gigantisme des navires de croisières se pose la question des conditions de visite, pour les passagers en excursion mais aussi pour les autres touristes quand les cars remplis de croisiéristes débarquent sur un site.

Plus de 25 millions de touristes par an dont 1,4 million de croisiéristes

Les visiteurs voient alors des files d’individus arborant leur macaron numéroté ou décliné en plusieurs couleurs investir les ruines d’un temple ou les ruelles d’une cité. La situation est emblématique à Venise où elle se double d’un problème environnemental pour la lagune. La ville de quelque 50.000 habitants reçoit plus de 25 millions de touristes par an dont 1,4 million de croisiéristes qui vont dépenser dans les commerces vénitiens. Les navires génèrent des vagues qui font pression sur les pilotis et entraînent également des pollutions Sous la pression des écologistes et des habitants, il a donc été décidé en novembre dernier la construction d’un nouveau terminal de croisières afin d’accueillir en 2019 les navires de plus de 96.000 tonnes, interdits depuis le naufrage du Costa Concordia.  « Les grands paquebots ne passeront plus par la place Saint-Marc » avait annoncé Graziano Delrio, le ministre des Transports. Ces navires sont censés passer plus au sud que le canal de la Giudecca –comme les pétroliers et porte-conteneurs- et accoster à Marghera. De moins gros paquebots (ceux  de plus de 55.000 tonnes) devront emprunter la même route mais pourront débarquer leurs passagers dans le terminal actuel. Les navires opérant sur Venise et bien vendus sur le marché français devraient donc pouvoir toujours accoster au même terminal de croisières qu’aujourd’hui. Tels les Costa Deliziosa ou Luminosa (92.600 tonnes et 2826 passagers) ou les MSC Lirica (59.000 tonnes, 1.560 passagers), Sinfonia (65.500 tonnes, 2.670 pax) et Poesia (92.600 t pour 2.550 pax). Avec la perte de 400.000 croisiéristes (de 1,8 million en 2013 à 1,4 million en 2017), on comprend que les autorités vénitiennes et la Clia aient trouvé un terrain d’entente.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

  1. Mon commentaire plus haut [« Je pense que le débarquement des bateaux de croisières est le pire, le dernier 9000 passagers! »] se recoupe avec cet article, je voyage en individuel depuis les années 70 et la différence ces 10 dernières années est incroyable et affolante !!!!!!!!!

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *