Un marché prometteur : la lune de miel en croisière

Croisières

2 000 clients français contre 63 000 italiens pour Costa.
Chez Star Clippers, les mariés viennent « naturellement ».
Cie des îles du Ponant : 15% des pax en lune de miel.
En matière de croisière, on le sait, la France ne décolle pas par rapport à ses voisins européens. Qu’en est-il des voyages de noces en croisière ? Interrogée, la compagnie Costa affirme, par la voix de son directeur commercial, Patrice Régnier, que « la France est très en retard. En 2003, seuls 2 000 passagers sont partis en lune de miel sur l’un de nos bateaux contre 63 000 en Italie et 9 000 en Espagne, 4 000 en Allemagne et 3 000 en Suisse ». Alors pourquoi, là aussi, la France est-elle à la traîne ? « Pour deux raisons, poursuit Patrice Régnier, la croisière souffre de clichés qui empêchent un public jeune de s’y intéresser, et la distribution reste encore trop axée sur les îles (Maurice, Seychelles) et n’a pas le réflexe de proposer une croisière à des clients qui poussent la porte d’une agence pour leur voyage de noces. » Pourtant, Costa ne néglige pas ce marché qui, elle le sait, est prometteur et investit à grande échelle à travers sa brochure annuelle (distribuée à 140 000 exemplaires), sa présence dans les magazines et les salons spécialisés dans le mariage et ses partenariats avec les Galeries Lafayette et le Printemps. Sur ce dernier créneau, elle n’est pas toute seule. Star Clippers met également en avant sa flotte et ses itinéraires dans les tirés à part spéciaux de ces grands magasins. En revanche, selon Béatrice Frantz, responsable commerciale France, « par leur romantisme et leur esthétisme, les bateaux se prêtent tout à fait à ce genre d’événement si bien que nous n’avons pas besoin d’investir sur ce marché ». Quelques attentions sont tout de même accordées aux passagers telles qu’une bouteille de champagne et une corbeille de fruits, mais pas de réduction. Pour la Compagnie des îles du Ponant (CIP), c’est l’inverse. Elle accorde 30 % de réduction à Madame sur la croisière en port-port mais n’offre aucun cadeau. Cette politique promotionnelle semble porter ses fruits puisque les passagers en voyages de noces représentent environ 15 % de l’ensemble des clients sur une année (à comparer aux 3 % de Costa…). Il semblerait donc que ce ne soit pas la croisière en elle-même qui soit un obstacle mais plutôt la taille des bateaux…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *