Pascal de Izaguirre quitte TUI France, le TO repense son modèle économique

Décideurs

Pascal de Izaguirre, en accord avec le groupe TUI, quitte ses fonctions de PDG de TUI France pour être en mesure de se consacrer pleinement au développement de Corsair ».

Pour le groupe, ce mouvement est cohérent avec la perspective de l’arrivée d’un nouvel actionnaire chez Corsair, « le cumul des deux fonctions de PDG au sein de TUI France et de Corsair devenant de plus en plus difficile ». Pascal de Izaguirre précise : « Je n’ai pas été révoqué. J’ai présenté ma démission ».

Elie Bruyninckx, CEO de Western Region, sera nommé PDG de TUI France de façon, notamment, « à assurer une meilleure intégration des équipes France au sein de la région ». Actuellement absent pour raisons médicales, c’est Wim Van Besien, CFO de Western Region, qui assure les fonctions de PDG de TUI France en attendant son retour.

Le groupe précise que « le nombre de tour-opérateurs demeure très élevé alors que la concentration de la distribution s’accélère ». Dès lors, « afin de consolider sa position sur le marché, le moment est venu de passer à une nouvelle étape. » TUI France doit « maintenant capitaliser sur son appartenance à TUI Western Region (région qui regroupe la Belgique, les Pays-Bas et la France) ». Il « faut repenser le modèle économique et l’organisation de TUI France, notamment en accélérant l’intégration à Western Region pour plus d’efficacité et de synergies ».

Pascal de Izaguirre affine : « le groupe TUI passe à une nouvelle étape stratégique, quant à moi je suis plus à l’aise au sein de Corsair et je préfère m’y consacré entièrement ».

Il renchérit : « Si le deal se fait pour le rachat de la compagnie, d’ici fin février, le repreneur souhaite conserver l’actuelle équipe de management. Avec tous les challenges et les enjeux qu’il y a pour les deux entreprises, je ne peux pas être sur les deux fronts. J’ai fait ça pendant presque 8 ans, c’est épuisant. Travailler dans un grand groupe c’est beaucoup plus compliqué que pour mes collègues qui sont dans des entreprises de plus petites tailles ».  »

Le dirigeant explique avoir « adoré travailler sur les produits, le choix des hôtels, la distribution, les marques » et « aimé aller dans les agences, car c’est là où on apprend énormément de choses ». Et ce n’est pas l’absorption de Transat qui l’a fait partir, « grâce à ce rachat, TUI a conforté sa position de N°1, la notoriété de TUI n’a d’ailleurs jamais été aussi élevée en France. Elle-même devant celle du Club Med pour la première fois ! »

Pascal de Izaguirre conclut : « Je reste en très bons termes avec l’actionnaire. D’autant plus que TUI est actionnaire à 100% de Corsair. Tout cela se fait en bonne entente et en bonne intelligence ».

Par ailleurs, afin d’optimiser les activités de TUI France, quelques changements au sein du Comex de TUI France ont également été entérinés.
– Dirk Van Holsbeke, General Manager de TUI Belgique, est nommé directeur du tour-operating, responsable de la production, du revenue management, des achats aériens et des clubs.
– Hans van de Velde conserve la direction de la Distribution Retail et des réseaux tiers, des opérations, du set-up et projets et des call centers.
– Serge Laurens, en plus de ses responsabilités actuelles de directeur marketing, online et expérience client, est nommé directeur général adjoint, en charge de la représentation externe de TUI France.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Bonjour,
    nous avons voyagé avec TUI fly et nous sommes très déçus car l’appareil était horrible, sièges bons pour des enfants , pas de place pour les jambes, les personnels abord méchants , pas professionnels , les hôtesses désagréables, le pilot pire , pas un mot pendant le voyage, ni a l aller in au retour.
    voyage au Cape vert 27/12/2018 – 07/01/2109 . ile de Sal , hotel sol Douna lookea mauvais –

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *