2004, année prometteuse pour le tourisme au Royaume-Uni

12,5 millions de visiteurs étrangers ont été accueillis au premier semestre.
Forte progression des marchés d’Europe de l’Est et d’Extrême-Orient.
Les dépenses touristiques restent inférieures à leur niveau de 2000.
Si la France attend encore les signes du véritable retour des touristes étrangers, la Grande-Bretagne quant à elle se frotte déjà les mains. Avec près de 12,5 millions de visiteurs étrangers enregistrés de janvier à juin 2004, un chiffre record en hausse de 13 % par rapport à la même période de l’an passé, la destination affiche une certaine satisfaction et un bel optimisme pour le reste de l’année. La plupart des principaux marchés émetteurs sont en effet en nette progression. Avec quelque 2 millions de visiteurs, le marché nord-américain a progressé de 16 %. En Europe, les Français ont été 8 % de plus à se rendre outre-Manche tandis que les Allemands ont progressé de 11 %, les Italiens de 16 %, les Espagnols de 25 %, les Scandinaves de 22 % et les citoyens du Benelux de 32 %. L’une des meilleures performances revient aux touristes d’Europe de l’Est qui ont accru leur fréquentation de 34 %. Sans oublier les Japonais qui ont été 30 % de plus à retrouver le chemin du Royaume-Uni ainsi que les « nouveaux » touristes venus de Chine ou de Russie. Après la déprime de ces dernières années, le tourisme britannique est parvenu à séduire en misant sur ses courts séjours en ville, ses autotours dans la campagne anglaise et son art de vivre, renouant ainsi avec son niveau d’avant 2001. Seule ombre au tableau : les dépenses des touristes qui se sont élevées au premier semestre à 7,93 milliards d’euros, en hausse de 9 % par rapport à 2003 mais qui demeurent encore inférieures de 5 % à ce qu’elles étaient en 2000. Si Londres reste la porte d’entrée incontournable du pays, une bonne moitié des touristes étrangers ne manque pas de partir découvrir les autres villes du royaume. Edimbourg, en Ecosse, et Cardiff, au Pays de Galles, ont attiré bon nombre de visiteurs ainsi que Manchester, Newcastle ou Liverpool.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *