A l’occasion du mois des fiertés, Travelzoo présente cinq destinations LGBTQ+friendly

Destination

Travelzoo a sélectionné 5 destinations qui feront le bonheur de la communauté LGBTQ+ et de leurs proches.

Berlin : homo, disco, techno
La capitale de la techno est aussi réputée pour ses clubs électro que pour son ouverture d’esprit. Le
principal quartier gay et lesbien de la ville se situe à l’ouest de la ville, au sud de la place Nollendorfplatz, autour de la Motzstraße. Une plaque commémorative au 17
Nollendorfstraße rend d’ailleurs hommage à l’écrivain Christopher Isherwood, qui vivait dans
le quartier. Sur place, vous pouvez savourer un expresso au Café Berio , haut lieu LGBTQ+
des environs. Quant aux femmes lesbiennes et trans, elles seront accueillies librement au
Begine. La communauté berlinoise fréquente également d’autres lieux de sorties et quartiers
branchés tels que Prenzlauer Berg, Kreuzberg, ou encore Friedrichshain… Les chanceux
pourront peut-être se frayer un chemin jusqu’au dancefloor mythique du Berghain, un club
berlinois réputé pour ses soirées hautes en couleurs.

San Francisco : bastion arc-en-ciel
La communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre de San Francisco est l’une des plus grandes et des plus importantes communautés LGBT+ du monde. Pour la croiser, direction le quartier de Castro. Sur place, impossible de
manquer le drapeau arc-en-ciel qui flotte fièrement à l’intersection de Market et de Castro streets. C’est là, à deux pas du Corona Heights Park, que la communauté homosexuelle s’est installée à la fin des années 1960. La ville du célèbre Harvey Milk continue de proposer d’excellents spots pour boire un verre, sortir et danser. Parmi les plus réputés : l’ Oasis, un cabaret, ou le Eagle à SoMa, la Twin
Peaks Tavern à Castro ou encore la White house à Oakland.

Amsterdam : la croisière s’amuse
Cela fait plus d’un siècle qu’Amsterdam est une ville LGBTQ+ friendly. Le premier bar gay de la ville, le Café Mandje ayant ouvert ses portes dans les années 1910. Depuis la ville n’a cessé de défrayer la chronique avec un esprit libertaire rarement vu en Europe. Chaque année, la gay pride se déroule sous un feu d’artifice de paillettes et de confettis sur les canaux de la ville. On embarque dans la joie et la bonne humeur sur de nombreuses barques. En 2019, l’Amsterdam Gay Pride aura lieu le premier week-end d’août et la marche de la fierté le 3
août. Après avoir dansé, les femmes pourront se retrouver au Vive la vie, un café lesbien sur l’Amstelstraat. Autre chouette adresse pour finir la nuit, le Getto , un bar ouvert à toutes les
communautés LGBTQ+.

La Réunion,une île gay friendly
L’île a été le premier DOM à signer une charte gay friendly. A destination, de nombreux lieux touristiques (bars, restos, hôtels) arborent fièrement un autocollant arc-en-ciel sur
leur vitrine explicitant ainsi leur positionnement contre la discrimination envers les personnes LGBTQ+. Sur place, pour éviter les lieux machistes, il est préférable de s’orienter vers des endroits qui affichent nettement leur ouverture d’esprit : certaines maisons d’hôtes font d’ailleurs leur publicité dans ce sens. La rumeur dit que la
plage naturiste de la Souris Chaude serait un spot gay friendly, à voir de ses propres yeux.

Barcelone : Gaixample
Au sud de l’Europe, Barcelone, la capitale de la Catalogne peut se targuer d’offrir une scène LGBTQ+ luxuriante. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le quartier d’Eixample, à deux pas de la Sagrada Familia, a été surnommé Gaixample par
les habitants de la ville. Ville pionnière dans la lutte pour pour les droits des personnes LGBTQ+, Barcelona recèle d’adresses gay friendly : le Dietrich, la Milk House, l’Átame… Bien plus de bars
lesbiens et gays qu’à Paris, soyez-en sûr ! De quoi s’amuser, sortir et danser, toute la nuit : c’est Barcelone après tout. Entre les rues Balmes, Gran Via, Urgell et Aragó, vous trouverez nécessairement une adresse ouverte pour vous accueillir en couple ou entre amis, sans jugement ni regard de travers.

Les conseils de e Travelzoo
L’homosexualité est encore criminalisée dans de nombreux pays, et parfois passible de la peine de mort (Arabie Saoudite, Soudan, Nigeria…). Une vigilance accrue est de mise, donc, si l’on se rend dans ses destinations. Même dans les mégalopoles a priori ouvertes comme Londres ou Paris, on recense régulièrement des actes homophobes. Il est donc nécessaire de rester conscient de son environnement, même en plein quartier gay.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *