Après le Québec, le reste du Canada veut aussi des touristes français

Après le Québec, c’est tout le Canada qui se met à rêver de la clientèle française. D’autant que le pays observe une croissance régulière de la fréquentation hexagonale.En 2006, ils seront "entre 370.000 et 380.000" explique Charles Lapointe, président de la Commission canadienne du tourisme. "Et notre objectif, en 2007, est d’atteindre 400.000 visiteurs français". "Nous avons toutes les raisons d’y croire, poursuit Charles Lapointe, d’autant qu’Air Transat va augmenter son offre de sièges de 26% en 2007 avec surtout des nouveaux départs de province (Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes,…). De même que Zoom la low cost transatlantique qui vient d’arriver avec de nouvelles destinations". Celle-ci va en effet doubler son offre l’an prochain sur Calgary et Vancouver. Corsair maintient son offre sur Moncton (New Brunswick) et la compagnie charter canadienne Maestro renouvellera son offre sur Québec au départ de Paris et de Nice. Bien sûr, pour tout le Canada, le marché français n’arrive qu’en seconde position en Europe derrière les Britanniques (800.000 à 900.000). Quant au marché naturel du Canada, ce sont les Etats-Unis grands pourvoyeurs de touristes (2,5 millions). Côté produits, la Commision canadienne du Tourisme aimerait bien concurrencer la Laponie, notamment sur la motoniege et le traîneau à chiens. "Nous avons un gros avantage sur la Laponie, c’est la langue" précise Charles Lapointe. Enfin, "nous observons qu’il y a de plus en plus de provinces canadiennes qui s’intéressent à la France. Notre budget est donc de plus en plus conséquent sur ce marché". En 2007, entend faire des campagnes de promotion mieux ciblées qu’en 2006 avec notamment des opérations sur Internet. "Nous avons constaté que les Français qui vont au Canada sont plutôt des internautes" a conclu Charles Lapointe.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef – Le Quotidien du Tourisme

Me contacter

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *