Attentat de Tunisie : le gouvernement décrète l’état d’urgence

Destination

Le chef de l'Etat tunisien Béji Caïd Essebsi a décrété samedi l'état d'urgence, a appris l'AFP auprès de la présidence, huit jours après l'attentat sanglant qui a tué 38 touristes dans un hôtel en bord de mer à Sousse.Les autorités, qui ont pour la première fois reconnu des défaillances sécuritaires vendredi, ont aussi annoncé le limogeage de plusieurs responsables, dont le gouverneur de Sousse, région où a été perpétrée cette attaque. "Au vu des dangers qui menacent le pays, de la situation régionale et de ce que nous voyons de propagation du terrorisme dans des pays frères (…), nous avons décidé (…) de proclamer l'état d'urgence sur tout le territoire tunisien pour 30 jours", a déclaré le chef de l'Etat dans un discours télévisé à la nation, précisant que cette mesure entrait en vigueur dès ce samedi. "Le pays est en guerre d'un genre spécial", a-t-il ajouté en avertissant : "Si les évènements de Sousse se répètent, l'Etat va s'effondrer". L'état d'urgence accorde des pouvoirs d'exception aux forces de l'ordre, et autorise les autorités à "prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature". Les autorités peuvent aussi interdire les grèves et les réunions "de nature à provoquer ou entretenir le désordre". Le président a d'ailleurs évoqué les "revendications insistantes" et les grèves qui se multiplient. "On ne peut pas continuer comme ça, c'est de la désobéissance civile", a-t-il dit. Dans le même temps, le Premier ministre tunisien, Habib Essid, a affirmé dans une interview publiée dimanche dans le quotidien La Presse que l'auteur de l'attentat sanglant du 26 juin contre des touristes dans un hôtel en bord de mer en Tunisie a travaillé dans le tourisme. "Nous savons qu'il était membre d'un club de danse et qu'il connaît bien le secteur touristique pour y avoir travaillé en tant qu'animateur" a-t-il déclaré.
 

Publié par La Rédaction
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *