Attentats au Sri Lanka : ce que l’on sait

Destination

Huit attaques terroristes se sont déroulées contre des hôtels et des églises au cours du dimanche de Pâques à Colombo, Negombo, Batticaloa et Dehiwala. Le bilan provisoire atteint désormais 310 morts et 500 blessés dont des étrangers. Le gouvernement du Sri Lanka, qui incrimine un mouvement islamiste local, a imposé un couvre-feu. Le ministère des Affaires étrangères français a ouvert une cellule de crise. (mise à jour le 23 avril)

 

Dimanche 21 avril, au matin, quatre églises et trois hôtels ont été la cible de terroristes au Sri Lanka. Les explosions -certaines actionnées par des kamikaze- ont fait 207 morts selon un premier bilan provisoire et 450 blessés. Lundi 22 avril, le bilan est monté à 290 morts et 500 blessés. Mardi 23 avril, le nombre de morts a atteint 310, des personnes ayant succombé à leurs blessures. Au moins 35 étrangers (Indiens, britanniques, Américains, Turcs, Portugais…) dont un Français figurent parmi les victimes. Il n’y a pas eu de revendication de ces attentats.

 

Trois hôtels de luxe de Colombo (Cinnamon Grand , Shangri-La et Kingsbury) et l’église Saint-Anthony ont été les premières cibles. Puis une église à Negombo (au nord de Colombo) et une autre à Batticaloa. Une troisième vague d’explosion a frappé un hôtel à Dehiwala (sud de Colombo). Dans une opération policière, un kamikaze a fait exploser une maison à Orugodawatta (nord de Colombo). Une neuvième bombe placée sur une route menant à l’aéroport de Colombo a été neutralisée par la police plus tard dans la soirée.

 

Dans ses Conseils aux Voyageurs, le Quai d’Orsay recommande de prévoir 4h d’avance pour atteindre l’aéroport. Le trafic étant fortement perturbé. Le ministère français recommande aux voyageurs de se munir de leur passeport et leur billet d’avion pour les présenter aux contrôles routiers. Deux numéros de téléphone, l’un à Paris, l’autre à Colombo, sont à la disposition des ressortissants français.

 


Un couvre-feu reconductible a été décrété jusqu’au 22 avril, 6 heures. Les autorités sri-lankaises ont bloqué les réseaux sociaux. 24 personnes ont été arrêtées. Le chef de la Police nationale a déclaré que des informations auraient été reçues il y a dix jours sur une potentielle attaque islamiste contre des églises et la représentation diplomatique britannique (High Commission) au Sri Lanka.

 

Avec 1,2 million de personnes, la communauté catholique (composée de Tamouls et Cinghalais) représente environ 7% de la population du Sri Lanka.

 

Mardi 23 avril, le Sri Lanka a observé 3 minutes de silence, et la journée a été décrétée « jour de deuil ». La police a arrêté 40 personnes. Selon le gouvernement sri-lankais, le mouvement islamiste National Thowheeth Jama’ath (NTJ) est à l’origine de ces attentats.

 

Les recommandations du Seto

Clients sur place

Les tour-opérateurs ont pu contacter la plupart de leurs clients pour lesquels les programmes ont été réaménagés.
Les TO, en étroite coopération avec leurs réceptifs, restent en contact avec leurs clients et continuent de les tenir informés de l’évolution de la situation locale.

 Prochains départs

Les clients en voyage à forfait ayant un départ jusqu’au 25 avril inclus peuvent :
– Partir comme initialement prévu sachant qu’il est possible que certaines modifications de programme interviennent
– Reporter sans frais leur voyage au Sri Lanka selon le produit initialement réservé
– Reporter sans frais sur une autre destination (selon la programmation du TO)
Les tour-opérateurs se tiennent à la disposition de leurs clients et des agences de voyage pour répondre à leurs interrogations.

 Départs à partir du 26 avril 2019

Le Seto communiquera sur l’évolution de la situation locale au plus tard le jeudi 25 avril 2019.
Ces mesures pourront être modifiées à tout moment en fonction de l’évolution de la situation locale et dans un souci de l’intérêt de la clientèle, des agences de voyage et des tour-opérateurs.

 

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *