Attentats en Russie : pas d’onde de choc en France

Pas d’annulations enregistrées chez les principaux voyagistes français.
L’incertitude règne sur les prises de commandes pour le réveillon et 2005.
La Russie a connu un beau succès cette année notamment sur Saint-Pétersbourg.
Après les attentats en Russie, les professionnels locaux redoutent ce qu’ont connu d’autres destinations touristiques frappées par la terreur (voir ci-dessous) : les annulations en masse. Pourtant, et alors que les réceptifs russes évoquent déjà ce problème de la part de groupes français, les TO se montrent sereins : « Nous n’avons enregistré aucune demande de report ou d’annulation », assure Bruno Gallois, DG de Marsans-Transtours, à l’instar de Norvista ou Amslav. Hana Homolova, directrice de ce dernier TO, n’a « constaté aucune réaction particulière, après les attentats. Ceux qui choisissent ces destinations savent généralement faire la part des choses et s’informent sur la situation. » « De plus, ces clients sont peu enclins aux VDM et ont déjà réservé depuis longtemps », poursuit Bruno Gallois. Dominique Friedman, directeur de Norvista, lance en écho : « Les clients se concentrent en grande partie à Moscou et surtout Saint-Pétersbourg. L’Ossétie leur paraît loin. Et même après la prise d’otages dans un théâtre à Moscou en octobre 2002, nous n’avions pas constaté de baisse de la demande. » Malgré cette confiance affichée, l’avenir proche n’est pas assuré. « Si un autre attentat survient, ce pourrait être très grave », remarque Catherine Savary, responsable incentive d’Inexco, réceptif spécialiste de la Russie. « Pour le moment, nous n’avons eu qu’une annulation d’un groupe. » Par ailleurs, les professionnels se montrent plus réservés sur les futures prises de commandes : « Nous orienterons peut-être notre programmation fluviale à la baisse pour l’an prochain, car l’impact pourrait se faire sentir dans les mois à venir », analyse-t-on chez Mondotours. La Russie a été l’un des grands succès de l’année 2004. Transtours a vu ses ventes grimper de 15 % aussi bien sur les programmes fluviaux que terrestres. Amslav a connu une progression de 60 %, et les ventes de Norvista se sont envolées avec « 200 % de croissance ». A tel point que le voyagiste tirait le signal d’alarme à propos de la baisse du niveau de qualité des services sur place, pour cause de surchauffe. Ce problème pourrait ne pas durer longtemps.
En Russie, « 30 % de touristes en moins pour le mois de septembre »
Les professionnels du tourisme en Russie craignent une grave crise sur le secteur après la prise d’otages de Beslan et la dernière vague d’attentats, qui se traduisent déjà par une annulation massive de voyages. « Des dizaines de milliers de touristes ont renoncé à leur voyage en Russie suite aux derniers attentats », a expliqué Irina Tiourina, porte-parole de l’Union de l’industrie touristique russe. Il s’agirait principalement d’Européens, mais aussi de Japonais et d’Israéliens. D’après Irina Tiourina, « les agences prévoient 30 % de touristes en moins pour le mois de septembre » et les annulations entraînent déjà des pertes estimées à 300 ou 400 millions de dollars, alors que le marché touristique représente trois milliards de dollars par an. « Quelques groupes allemands et français ont renoncé à venir, mais ils ne sont pas encore très nombreux, mais pour conclure des contrats pour 2005, nous aurons du mal à convaincre les touristes », a pour sa part précisé Elena Klimenko de l’agence Avrora Intour. Les premières vagues d’annulations ont commencé après les explosions en vol, simultanées, de deux avions en ligne russes le 24 août. La Russie accueille annuellement 3 millions de touristes étrangers dont 95 % visitent Saint-Pétersbourg, Moscou et les anciennes villes russes de l' »Anneau d’or » au nord-est de la capitale. Des particuliers se rendent également en Sibérie orientale (montagnes de l’Altaï et lac Baïkal) et au Kamtchatka (Extrême-Orient).

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *