Attentats : L’Espagne sur le qui-vive

Destination

L'Espagne va maintenir les contrôles aux frontières terrestres avec la France et renforcer les mesures de sécurité dans les aéroports et les zones touristiques, après l'attentat qui a fait au moins 84 morts à Nice, a annoncé le ministre de l'Intérieur espagnol.Il a été décidé de "maintenir les contrôles de police aux frontières terrestres" avec la France, a précisé le ministre Jorge Fernandez-Diaz à la presse à l'issue d'une réunion d'urgence destinée à évaluer le niveau de la menace terroriste. Ces contrôles, a-t-il précisé, étaient déjà en place pour l'Euro 2016 et le Tour de France et seront maintenus au-delà du 26 juillet, en accord avec la France. Il a aussi été décidé de renforcer "les contrôles des infrastructures de transport en particulier dans les aéroports", ainsi que dans les "zones d'affluence massive", notamment "les zones touristiques". L'Espagne attend d'ailleurs une affluence record de touristes qui fuient d'autres pays où les attentats ont été nombreux comme la Turquie, selon les professionnels du secteur. La vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria avait précisé un peu plus tôt que le niveau d'alerte antiterroriste restait inchangé, même si le risque ne pouvait être écarté. L'Espagne est actuellement au niveau quatre sur cinq, depuis juin 2015, correspondant à un "risque élevé d'attentat". Le niveau cinq est déclenché lorsque les services de sécurité estiment qu'un attentat est "imminent". Madrid avait été touchée par les attentats djihadistes les plus meurtriers ayant frappé le territoire européen, le 11 mars 2004. Une dizaine de bombes placées dans des trains de banlieue avaient alors explosé, faisant 191 morts.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *