Australie: le visa vacances-travail étendu à 35 ans pour les Français

Destination
L'agriculture est le principal secteur

La règle d’éligibilité au visa vacances-travail ou « Working Holiday Visa » en Australie a changé le 1er juillet. Désormais les Français peuvent postuler jusqu’à l’âge de 35 ans. L’Ambassade d’Australie en France et Qantas font gagner un billet d’avion A/R jusqu’à jeudi.

 

 

Depuis le 1er juillet 2019, l’âge maximum d’éligibilité pour les Français candidats à un Visa Vacances-Travail (Working Holiday Visa, subclass 417) pour l’Australie passe à 35 ans, contre 30 ans précédemment. Les Français (comme les Canadiens et les Irlandais) peuvent donc présenter un dossier jusqu’à la veille de leurs 36 ans.

3 visas possibles

Dans le cadre du programme vacances travail (PVT), les détenteurs d’un passeport français peuvent demander jusqu’à trois visas vacances-travail à condition d’avoir travaillé dans certains secteurs économiques (agriculture, pêche, mines, construction). Attention, il ne faut pas avoir d’enfant à charge.
La France est le second marché émetteur de Visa Vacances-Travail après le Royaume-Uni. De juin 2018 à mars 2019, environ 20.000 Visa Vacances-Travail ont été délivrés par la France. Les arrivées de jeunes Français possédant ce visa représentent 10% de l’ensemble des arrivées de PVTistes en Australie.

Un voyage sur Qantas à gagner

A l’occasion de cette nouvelle possibilité offerte aux Français, l’ambassade d’Australie en France et Qantas France font gagner un billet d’avion aller-retour à un jeune de  18-35 ans. Pour participer, il suffit de laisser un commentaire sur la page Facebook de l’ambassade australienne à Paris avant… le 4 juillet.

Toutes les informations sur le VVT sont disponibles sur le site d’Australia Inc, la campagne on-line destinée aux jeunes Français qui souhaitent trouver un job tout en voyageant.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *