Avec Cyril Lignac, Israël fait découvrir son patrimoine et sa gastronomie

Destination
Mercotte et Cyril Lignac
Mercotte et Cyril Lignac évoquent leur découverte de la cuisine israélienne.

VIDEO – Le chef français est parti en juin dernier tourner un road-trip culinaire en Israël. Les épisodes ont été diffusés sur M6 et Teva. Le tourisme international et français en Israël a franchi un nouveau record en 2017.

 

« Comment j’ai pu attendre autant de temps avant d’aller à Jérusalem ? » Cyril Lignac, le chef cuisinier chouchou des Français, s’est interrogé à haute voix jeudi 12 janvier. Avec cette question, il « résume ce que de nombreux voyageurs expriment au sujet d’un voyage en Israël » a souligné Lina Haddad, directrice de l’OT d’Israël en France.

Un mélange de cultures

Venu à la rencontre des journalistes à l’occasion des vœux de l’Onit (voir encadré ci-dessous), le jeune chef quarantenaire a témoigné de sa récente expérience en Israël. En juin dernier, Cyril Lignac a joint l’utile à l’agréable à travers un programme de courtes vidéos pour M6 (voir ci-dessous) sur le thème de la cuisine israélienne, traditionnelle et nouvelle. Il a pu observer le mélange des différents héritages qui composent la mosaïque ethnique du pays et que l’on retrouve dans l’assiette.

Du hareng et des laitages pour la tradition d’Europe de l’Est,houmous et tehina pour le Levant, pois chiches, aubergines, olives pour l’Afrique du Nord…

Parlant vrai, Cyril Lignac a dit qu’il avait hésité avant de partir. Et puis une fois sur place, il s’est laissé aller au plaisir de « la découverte », de « l’émotion spirituelle », de « la vibration », de « l’énergie caractéristique des pays jeunes ».

 

Israël  a la particularité d’un brassage, d’un carrefour d’héritages notamment culinaires « dans un pays méditerranéen, ce qui pour un gars du Sud-Ouest (comme lui) a des résonances ». Le jeune chef a évoqué les thèmes de la rencontre, du partage, de l’échange. « On parle ici aussi avec les mains » a-t-il dit en plaisantant.

 

Jérusalem et Tel-Aviv

Le chef français a visité Jérusalem, donc, son « coup de coeur, et pas seulement pour le houmous ou les boulettes à la tomate picorées sur un marché ». Cyril Lignac s’est aussi rendu à Tel-Aviv, « deux villes en une » avec d’intéressantes adresses vegan. Il a également fait un détour dans le Néguev « à la rencontre des Bédouins » et séjourné au sublime hôtel Beresheet, construit au-dessus d’une falaise surplombant le désert, à Mitzpe Ramon.

 

Dans ses courtes vidéos (environ 1 minute), « Un Chef en Israël » aborde différents thèmes, en fonction des cuisiniers, grands et petits, qu’il a rencontrés. Les premières secondes sont des instantanés des villes, puis on voit Cyril Lignac, discuter, observer et goûter. Avec Moshe, le chef du restaurant l’Eucalyptus, par exemple il a évoqué la paix.

 

Il livre aussi une appétissante recette de houmous avec Caleb, « une recette transmise de génération en génération »…

 

Ce que Cyril Lignac il a rapporté de son périple pour sa propre cuisine ? « Une recette d’aubergine cuite au grill avec la peau. Ce qui lui confère un goût fumé intéressant. » Avec la texture pâteuse du houmous, il en a fait une recette proposée l’automne dernier Aux Prés, son bistrot de Saint-Germain-des-Prés où l’on trouve des cuisines du monde.

 

Une année record pour le tourisme en Israël
A l’occasion des vœux de l’Office national israélien du tourisme (Onit) en France, Lina Haddad, sa directrice, a annoncé les bons chiffres de 2017. Une « année record », avec tous les marchés touristiques en hausse qui ont permis de passer la barre des 3 millions de touristes. En 2017, le pays a accueilli «3.611.800 touristes, soit 700.000 de plus que l’année précédente ». L’Onit explique cette croissance par trois axes : une nouvelle stratégie marketing, des incentives aux compagnies aériennes et des partenariats avec des OTAs (Expedia et Lastminute). La communication sur des destinations (Jérusalem/Tel-Aviv, Eilat et la mer Rouge, le Néguev) comme sous-marques de la destination principale a porté ses fruits. « Ces campagnes ont déclenché l’envie de partir » explique-t-on à l’Onit. Quant aux subventions aux compagnies aériennes, elles ont facilité l’ouverture de routes (low cost notamment)et l’augmentation des rotations. Le premier marché touristique pour Israël reste les Etats-Unis (778.000 arrivées, +20%). La France se classe troisième (308.600, +7%) derrière la Russie (331.500, +25%). Les recettes touristiques ont dépassé l’an dernier les 20 milliards de shekels (environ 4,79 milliards d’euros). Le tourisme a créé 25.000 nouveaux emplois.

-
Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *