Bonnes perspectives pour l’incentive à la Réunion

Destination

La fréquentation affaires était en hausse en 2002 avec 45 519 visiteurs.
Une capacité aérienne et une offre hôtelière qui ne cessent de s’améliorer.
Les agences incentive croient dans le potentiel de développement de l’île.
Pour la huitième année consécutive, le comité du tourisme de la Réunion (CTR) investit les allées de Roland-Garros et en a profité pour inviter lundi 24 mai, en partenariat avec les hôtels Apavou et la compagnie Corsair, une douzaine d’agences incentive françaises. Une opération de communication ciblée que le CTR met un point d’honneur à réitérer cette année pour rappeler aux professionnels les multiples atouts de l’île en matière de voyages incentive. Un axe de développement sur lequel la Réunion peut désormais afficher ses ambitions. « La Réunion dispose aujourd’hui de véritables arguments de vente, tant au niveau de la capacité aérienne que de son offre hôtelière », estime Claudine-Marie Wolf, responsable de la promotion du CTR. Encore faut-il le faire savoir. C’est donc ce à quoi s’est attelé le CTR depuis 2003 en accentuant ses efforts de communication en direction tant du grand public que des professionnels. Il était temps en effet de clarifier le positionnement de ce bout de France perdu dans l’océan Indien, de le démarquer des Antilles françaises et de leur mauvaise réputation. Désormais, les clients ont davantage conscience que la Réunion ne rime pas avec balnéaire mais plutôt avec nature, sports et authenticité et que son hôtellerie haut de gamme ne cesse de s’étoffer (voir encadré). Le travail commence à payer puisque l’île a enregistré quelque 45 519 visiteurs affaires en 2002, soit 10,7 % de la fréquentation totale, et constatait une certaine reprise sur ce créneau. Les agences semblent d’ailleurs prêtes à suivre le mouvement, décelant dans la destination un réel potentiel. « La Réunion correspond particulièrement bien aux nouvelles attentes de la clientèle incentive, désireuse d’aller à la découverte d’une destination, de sa culture et de ses paysages. Elle se prête parfaitement aux voyages de récompense en groupes de 50 à 80 personnes », analyse Laure Soulet de Créative Tour. Un engouement sur lequel le CRT compte bien capitaliser en poursuivant son action tant auprès des agences françaises qu’européennes avec des éductours et des rendez-vous d’information réguliers.
L’hôtellerie réunionnaise haut de gamme en pleine effervescence
Après le Saint-Alexis, les Villas du Lagon et le Boucan Canot (qui a acquis sa quatrième étoile en avril dernier), la Réunion va s’enrichir d’un nouvel établissement 4 étoiles avec l’ouverture en juillet prochain du tout premier hôtel affaires de l’île, le Bellepierre. Situé sur les hauteurs de Saint-Denis, cette structure flambant neuve déploiera 54 chambres et une suite climatisées et insonorisées face à l’océan et disposera d’un business center et de 2 salles de réunion pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes. Il sera géré et commercialisé par Blue Seasons Hotels. Le groupe Apavou fourmille pour sa part de projets. Les plans d’une nouvelle unité située plaine des Cafres viennent d’être finalisés. Ce projet, qui compterait 130 chambres classées 3 étoiles et 3 étoiles supérieur, dépend cependant de la réalisation du futur parc du Volcan sur lequel il est implanté. Sur le front des rénovations, après le chantier du Grand Hôtel des Mascareignes, Apavou se penche à présent sur celui du Maharani, racheté il y a un an, où le groupe souhaite développer un nouveau concept. « Notre but est d’en faire l’hôtel phare de la chaîne, positionné en très haut de gamme, car l’emplacement et la structure en valent la peine », confie Frédéric Thevenet, directeur régional de l’exploitation. Le projet comporterait un restaurant gastronomique, une balnéothérapie et bien d’autres surprises…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *