Brésil, « le plus gros potentiel touristique au monde »

Destination
Tourisme au Brésil
Vinicius Lummertz, président de l’Office du Tourisme du Brésil (Embratur).

En déplacement à Paris, Vinicius Lummertz, président de l’Office du Tourisme du Brésil (Embratur), est venu parler de « l’extraordinaire potentiel touristique » de son pays, et mettre en avant l’ouverture d’une ligne le printemps prochain à destination de Fortaleza (capitale de l’État du Ceará dans la région du Nordeste) au départ de l’aéroport Charles de Gaulle.

 

« Nous pouvons imaginer un siècle de développement touristique au Brésil » affirme Vinicius Lummertz, qui souligne que son pays est celui au monde où « la différence est la plus grande entre ce qui a été accompli et le potentiel qu’il reste à exploiter ».

Un vol sur Fortaleza en mai prochain

Le potentiel est énorme, encore faut-il le faire savoir et le développer. C’est justement l’une des missions que s’efforce de mettre en oeuvre le président d’Embratur. « Il faut améliorer la compétitivité du secteur. Et cela passe par de nouvelles liaisons aériennes » explique-t-il en substance. Aujourd’hui, Rio de Janeiro et Sao Paulo sont desservis en vol direct depuis Paris par Air France et Latam. Mais à compter du mois de mai prochain, une nouvelle liaison verra le jour à destination de Fortaleza dans  l’État du Ceará au nord du pays. «Depuis Paris Charles de Gaulle, Air France via sa filiale Joon proposera 2 fréquences par semaine, et KLM en proposera 3 au départ d’Amsterdam » affirme Vinicius Lummertz, précisant que la « durée du vol est de 9 heures, ce qui veut dire que l’avion peut effectuer l’aller-retour la même journée ». Le prix est à partir de 600 euros.

 

En dehors de l’incontournable triptyque Salvador, Iguaça, Rio, cette nouvelle liaison est l’occasion de mettre en avant d’autres attraits du Brésil. L’État du Ceará est en effet réputé pour sa vie culturelle foisonnante, ses plages et ses dunes de sable spectaculaires, ainsi que son ambiance festive. Avec pas moins de 500 kilomètres de côtes, la région est également renommée pour ses spots de kite-surf. Un décor de rêve qui pourrait aussi attirer les investisseurs, notamment hôteliers, à moyen terme. C’est en tout cas le souhait du président d’Embratur qui rappelle que « le groupe Accor possède 315 établissements en Amérique du Sud dont 278 au Brésil ».

La France, premier pays d’Europe

L’avènement d’une nouvelle liaison entre Paris et Fortaleza s’inscrit dans un contexte porteur avec un nombre de touristes français en croissance régulière depuis plusieurs années. « La France est un marché prioritaire. C’est d’ailleurs le premier pays d’Europe (devant l’Allemagne et l’Angleterre) et le sixième au monde (derrière l’Argentine, les Emirats Arabes Unis, le Paraguay, le Chili et l’Uruguay) qui envoie le plus de touristes au Brésil » relate Vinicius Lummertz. En 2016, 263 774 Français ont visité le pays contre 261 775 l’année précédente, soit une croissance de 1%. Une progression relative mais significative si l’on compare à l’année 2012 ou 218 626 Français sont venus au Brésil.

 

« Avec quelque 6,6 millions de voyageurs par an, la France représente 0,6% du marché international » analyse Vinicius Lummertz qui insiste sur le potentiel touristique du pays, « le plus gros au monde ». Alors qu’Embratur pourrait se transformer en « une agence indépendante du gouvernement », des campagnes de communication seront prochainement mises en place sur le marché français pour vanter les mérites de ce pays grand comme 16 fois la France.

Publié par David Savary

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *