Cap Australie 2015 : Adélaïde la belle

Destination

Après l’outback des Flinders ranges, Adélaïde, la capitale du South Australia et son million d’habitants, c’est le choc des contrastes. Adieu émeus, kangourous et  wallabies, retour à la wifi, pour le plus grand bonheur de Christelle, d’Havas voyages.Dimanche soir, en plus, c’était match de football australien, d’où beaucoup d’animation. Organiser des visites un week end de Pâques, ce n’est pas gagné. Pari réussi cependant par Hervé, tour leader émérite. D’abord un petit stop dimanche sur la route dans une cave de la Clare valley, l’une des sept régions viticoles du pays. Lundi matin, ayant fait le plein d’énergie grâce au  somptueux buffet de petit déjeuner au Playford Mgallery, les neuf agents sont aux taquets. Emmenés par Mary-Anne, la  sympathique et efficace directrice de l’office de tourisme, ils visitent successivement l’Art gallery, où voisinent tableaux anciens et modernes, principalement australiens, et le très beau South Australian Museum voisin, avec sa collection d’art aborigène et du Pacifique notamment. Après une brève traversée d’Adelaïde, le groupe découvre ensuite le tramway jusqu’à la station balnéaire de Gleneleg beach. Puis retour au minibus, distribution d’œufs en chocolat, tradition à laquelle les Australiens semblent particulièrement attachés. La visite suivante est pour le Cleland wildlife park, qui se flatte d’être le seul endroit en Australie où l’on peut tenir un koala dans ses bras ! Cela a un prix, pour toucher seulement, pour tenir dans ses bras, et pour la photo qui va avec. Et cela marche : il y a même la queue, et de l’attente. Pour faire bonne mesure, on peut ensuite, dans un joli parc, donner à manger à des kangourous. Après un bon déjeuner au restaurant The Edinburg, il faut déjà rejoindre l’aéroport et prendre l’avion pour Sydney, la dernière étape du périple. Malheureusement, c’est là que France, notre accompagnatrice de Qantas, nous quitte et rentre sur Paris. Tout le monde la regrette déjà.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *