Cap Polynésie jour 3 : le pied marin de Samira

Destination

La Ora Na ! Bonjour… les agents de voyages invités au Cap Polynésie d'Australie Tours s'initient à la langue roucoulante des îles du Pacifique. Bernard Bousquet, le représentant à Paris de l'office de tourisme de Tahiti et ses îles partenaire de l'opération, qui s'était rendu matinalement à Roissy pour leur souhaiter bon voyage, appréciera. Car nos voyageurs du bout du Monde goûtent aux beautés de Bora Bora, de son lagon et des motu (îlots) sur lesquels, souvent, sont érigés de bien jolis hôtels et des suites sur pilotis… A Bora Bora donc, Venise du Pacifique à dominante turquoise, on se déplace énormément en bateaux. Hier, particulièrement, ce fut le cas. Une Navette pour aller visiter l'îlot privé plein de charme du Sofitel Marara Beach. Une navette (et retour) pour découvrir le Hilton Bora Bora, son spa et son promontoire à couper le souffle… Une navette encore (et retour…) pour s'enthousiasmer de l'Intercontinental Thalasso unique en son genre, luxueux et écolo… Une navette enfin (la dernière de la journée) pour rejoindre à la nuit le Bora Bora Pearl Beach Resort & Spa, principauté écolo chic. Cela fit beaucoup de navigation dans une seule journée pour Samira qui n'a pas le pied marin, loin s'en faut. L'oeil fixé sur l'horizon, avec abnégation, elle a affronté sa phobie. Cela valait tout de même une petite récompense. Justement, sur un ponton, un magasin de perles de Robert Wan (une référence semble-t-il) était judicieusement placé (et ouvert !) pour attirer la curiosité des visiteuses. De quoi nous mettre en retard pour le seul détour terrestre, la visite de l'Intercontinental Moana rapidement expédiée par le directeur de l'hôtel qui semblait préoccupé par tout autre chose. Mince, nous n'étions pas habitués tant l'accueil jusqu'alors était pro et chaleureux. Le bon côté de l'affaire fut que cela offrit un petit répit à Samira…

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *