Ce que les Français reprochent à la destination France

Les Français qui sont partis à l’étranger sont bien plus sévères que ceux qui sont restés en France.
L’insatisfaction principale concerne l’offre d’activités sur le lieu d’hébergement pour les adultes.
Une fois encore, cette étude met en exergue les difficultés des agences à vendre le produit France.
Les analyses du Ceto, celles de cabinets d’études comme Protourisme ou encore le sondage réalisé par nos soins (voir en page 1) semblent confirmer le fait que les Français qui partent en vacances soient plus allés à l’étranger en 2004 qu’en 2003. Une étude du Credoc, qui a interrogé les Français sur ce qui leur a plu et surtout déplu lors de leurs dernières vacances en France (été 2003 et 2002), permet de comprendre les points faibles de la destination France. Cela peut paraître anecdotique mais les Français ont d’abord « un souvenir très négatif des possibilités de stationnement » (25 %). Suivent la propreté des espaces publics et la qualité des eaux de baignade. Une nuance d’importance : les enquêtés restés chez eux au cours des deux derniers étés parlent de suprématie nationale dans les domaines de l’accueil, du confort et de la sécurité alors que les enquêtés qui sont partis en vacances d’été, que ce soit dans l’Hexagone ou à l’étranger, ont tendance à considérer que les prestations dans ces domaines se valent de part et d’autre des frontières. A propos des services offerts sur le lieu d’hébergement, l’insatisfaction principale concerne l’offre d’activités qui est jugée aussi bien insatisfaisante pour les adultes (14 % d’insatisfaits) que pour les enfants (9 %). Une fois encore, cette étude met en exergue les difficultés des agences de voyages à vendre le produit France. Pour choisir un lieu de vacances d’été en France, on se réfère d’abord aux conseils des proches (52 %) loin devant l’information fournie par les agences de voyages (6 %) et la marque (5 %). « Comme s’il y avait un fossé entre la confiance accordée aux conseils des amis et à ceux des spécialistes. » La qualité du travail des agences de voyages est toutefois reconnue par 77 % de la population en particulier par les jeunes de 18 à 24 ans (83 %) et les étudiants (85 %). Le taux de départ en été a légèrement baissé depuis six ans dans tous les groupes sociaux, et quatre estivants sur dix (43%) ont utilisé un hébergement non payant.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *