Cet été, la Turquie s’en est plutôt bien sortie

La destination a retrouvé ses marques en juillet et août.
Marmara a enregistré près de 90 000 clients en 3 mois.
Pacha Tours, Maxi et Turquie N°1 confirment la reprise.
Bonne nouvelle pour la Turquie qui refait surface après avoir « touché le fond » en 2003, une année qualifiée de « pas terrible » par les spécialistes de la destination. Les mêmes qui aujourd’hui dressent un bilan plutôt encourageant en termes de ventes notamment pour les mois de juin, juillet et août. « Durant ces 3 mois, nous avons fait voyager près de 90 000 clients contre 67 000 l’année dernière. Ces résultats témoignent d’un retour à la stabilité de cette destination qui pourrait rapidement retrouver ses chiffres d’avant 2002 », annonce Philippe Daigueperce, directeur commercial de Marmara. Sans se plaindre, ce dernier confie pourtant que si les passagers ont été plus nombreux (+ 33 %), le CA est en baisse de 25 % : « Nous n’avons pas forcément fait de grosses promos mais le panier moyen a tout de même baissé. » A l’inverse du dossier moyen chez Pacha Tours qui est passé de 700 à 750 euros par personne. Ayant adapté son service de réservation à la demande, le TO s’en est aussi très bien sorti grâce notamment aux VDM qui totalisent 60 % de ses ventes (J-3), sauf sur les circuits qui profitent encore d’une anticipation d’achat. Avec 20 000 clients enregistrés depuis avril dernier, Pacha Tours affiche un sourire de circonstance même si le TO avoue qu’il aurait pu faire encore mieux notamment entre le 8 et le 22 août, période durant laquelle il a manqué de capacité aérienne. « Après deux années moroses, aucun spécialiste n’a osé prendre de risque sur la Turquie cet été en termes de stocks aériens », analyse Mehmet Ipekel, directeur commercial de Maxi. « Nous-mêmes n’avons pas forcé les choses en constatant que sur place les hôtels étaient largement saturés par les marchés émergents que sont la Russie et la République tchèque. » Avec 90 000 clients enregistrés ces derniers mois, Maxi confirme bien une légère reprise qui s’installe puisqu’il engrange déjà des réservations pour septembre sur Istanbul et Antalya. Le TO reste donc largement dans la course, loin devant Turquie N°1 qui se contente déjà de 12 % de ventes en plus. « L’achat d’un produit Turquie redevient naturel chez la clientèle individuelle… même s’il est stimulé par le prix », conclut son directeur Alain Gimalac qui maintient sa chaîne charter jusqu’au 22 octobre prochain.

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *