Dallas, la ville où tout est « BIG »

Destination

Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur Dallas. La ville texane a profondément modifié son aspect. Imaginez, en cinq ans, ce sont 17 milliards de dollars de fonds privés qui ont été investis pour construire, aménager et paysager le centre-ville.Dallas, Texas. La ville a changé, les clichés aussi. Plus jeune, plus mélangée, plus aérée, elle semble déborder d’énergie. Et les projets d’embellissement et de développement sont encore nombreux. À Dallas, tout se compte en millions de dollars et se décrit en superlatifs. Alors, la ville veut faire savoir aux touristes –français– qu’elle mérite le détour. Philip Jones, le président du Convention & Visitors Bureau de Dallas, est venu à Paris expliquer que dans sa ville "BIG is a compliment".

Une nouvelle skyline

Dallas se définit même comme "bigger than ever" (voir photos ci-dessous). D’abord, il faut préciser que le nombre d’habitants "milliardaires et désireux de participer à l’aménagement de la ville" permet de construire vite et bien : "tous les nouveaux immeubles depuis 2008 ont ainsi été construits selon les normes environnementales" explique Philip Jones. Tel le Dallas Convention Center certifié niveau Silver du Leed EB. Des structures à l’architecture parfois audacieuse sont sorties de terre, à l’image du pont Margaret Hunt Hill. La Woodall Rodgers Freeway (ou Spur 366), énorme autoroute à 8 voies qui traverse la ville, est désormais recouverte entre Arts District et Uptown d’un parc avec fontaines, jeux d’enfants, promenades… sur 21.000 m2. Ouvert en octobre 2012, il porte le nom de Klyde Warren, un milliardaire de Dallas.
Autre grand projet remodelant la ville, le Trinity River Corridor qui, par l’aménagement des berges de la rivière, créera d’ici 2 ans "un espace vert 10 fois plus grand que Central Park à New York" souligne le président du CVB.

Une hôtellerie à sa mesure

Dallas compte 30.000 chambres (70.000 en comptant la banlieue). Rénovés ou récemment construits, comme le Hyatt Regency et l’Omni Dallas, les hôtels de luxe sont "big" (plus de 1.000 chambres) et proposent plus de 10.000 m2 d’espaces de réunion. Le dernier bijou en matière de boutique-hôtel s’appelle The Joule. Le coût de cet établissement de grand luxe de 120 chambres (aménagement, extensions…) représente l’équivalent de "1,2 million de dollars par chambre" glisse Philip Jones. The Joule appartient à Tim Headington, un milliardaire texan.

Des musées à foison

Dallas a multiplié les musées et espaces culturels. Outre l’intéressant 6th Floor Museum, retraçant l’assassinat du président Kennedy rénové pour le 50e anniversaire de cet événement en 2013, le quartier des arts (Arts District) au centre-ville compte à lui seul "160 musées et galeries d’art". Plusieurs bâtiments récents sont dus à des architectes lauréats du prix Pritzker. Comme le riche musée des Sciences et de la Nature. Dessiné par Thom Mayne, il présente "des squelettes de dinosaures trouvés dans le désert non loin de la ville" raconte le président du CVB de Dallas. C’est le Ross Perot Museum, du nom du milliardaire texan qui fut candidat à la présidentielle.
Même le stade des Dallas Cowboys comprend une collection d’art contemporain (600.000 visiteurs enregistrés), grâce à la famille Jones, des… milliardaires texans. Et l’ancien président George Bush Jr a offert divers objets constituant la collection du tout nouveau Presidential Museum qui comprend aussi divers éléments d’information sur le 11-Septembre.

Une population plus métissée

Le cow-boy descendant de son cheval ou le Texan à boots et chapeau observant ses derricks existe toujours mais n’est plus le modèle dominant. Plus mélangée, la population de Dallas "compte 40% de personnes latino et 20% d’afro-Américains. C’est aussi la cinquième communauté gay aux USA" indique Philip Jones.

Un vol par jour sur Paris

Dallas est facile à intégrer dans un voyage aux USA. La ville bénéficie d’une liaison quotidienne d’American Airlines avec Paris. Classe quatrième mondial, l’aéroport Dallas Fort Worth est le hub de la compagnie américaine et permet n’importe quelle correspondance dans le pays. A la fin de 2014, l’aéroport sera relié toutes les 15 minutes au centre-ville par un métro aérien (ligne Orange) pour 5 dollars.

Il faut ajouter les thèmes de la mode, du shopping (pas de taxe d’Etat au Texas) et des vacances famille : parcs, zoo et bientôt initiation au vrai rodéo au Dallas Horse Park dont l'ouverture est "prévue pour l’automne 2014" précise le patron de l'OT.

Si la ville a accueilli 20 millions de visiteurs l’an dernier, seulement1,6 million d’entre eux étaient étrangers. Le marché français, avec 64.000 visiteurs, arrive en cinquième position derrière le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Australie et le Brésil.

Publié par Myriam Abergel

Journaliste - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *