Des TO français pris au piège en Libye

Destination

Un appareil de la compagnie Air Méditerranée affrété par Go Voyages a rapatrié cette nuit les 88 passagers français bloqués en Libye depuis dimanche à cause d’une nouvelle réglementation concernant la traduction en arabe des passeports.Dimanche dernier, les 175 passagers d’un appareil d’Air Méditerranée entièrement affrété par Go Voyages, notamment pour plusieurs TO français (Terre d’Aventure, Club Aventure, Nomade, Désert, Point Afrique, Atalante et Allibert) n’ont pu débarquer à l’aéroport de Sebha, dans le sud de la Libye. Motif ? Une nouvelle réglementation locale qui oblige dorénavant les visiteurs étrangers à avoir une traduction arabe de leur passeport. "Nous ne pouvions pas être au courant explique t-on chez Go Voyages, puisque la loi a été promulguée dimanche quand l’avion était en vol". Fraîchement accueillis sur la passerelle par les autorités, les 175 passagers n’ont pas eu le droit de débarquer et sont repartis sur Paris. Le problème c’est que l’avion devait aussi rapatrier 88 clients en fin de séjour qui ne disposaient pas non plus de la traduction arabe de leur passeport. Ils ont été refoulés par les douanes libyennes et renvoyés dans des hôtels. Lundi matin, à la suite d’une intervention du quai d’Orsay, Air Méditerranée et Go Voyages ont pu rechercher ces derniers passagers qui sont arrivés à Paris dans la nuit de lundi à mardi. Quant aux 175 clients, Go Voyages et les différents TO leur proposeront soit un remboursement intégral, soit d’autres destinations, soit un report. En effet, Christophe Vieville, directeur transport et charter chez Go, précise que "pour le moment, on a toujours un avion prévu dimanche prochain". Quant à la compagnie libyenne Afriqiyah Airways, elle propose un service de traducteurs en poste à son comptoir de Roissy pour les départs du jour. Le coût de la traduction est de 50 euros par passager. De son côté, la Libye a affirmé lundi avoir informé les compagnies aériennes des nouvelles conditions d’entrée sur son territoire, avant leur entrée en vigueur dimanche.

Publié par Nicolas Barbéry

Rédacteur en chef - Le Quotidien du TourismeMe contacter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions (2)

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *