Deux nouveaux sites français classés au patrimoine mondial de l’Unesco, l’Afrique à l’honneur

Destination

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, salue l’inscription, à l’unanimité, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco du site « Taputapuātea » et de  « Strasbourg, Grande-Île et Neustadt » lors de la 41e session du Comité du patrimoine mondial réunie à Cracovie (du 2 juillet au 12 juillet 2017.

Taputapuātea est un paysage sacré exceptionnel situé en Polynésie française sur l’île de Ra’iatea. Au cœur du bien se trouve l’ensemble du marae Taputapuātea, un centre politique, cérémoniel, funéraire et religieux. Sa lecture permet de raconter l’expansion des peuples polynésiens à travers l’Océan Pacifique, leur organisation et leur relation spirituelle et cosmologique aux éléments naturels et à l’espace qui aujourd’hui encore, illustrent la capacité d’adaptation, d’innovation et de résilience de l’être humain et des sociétés pour dépasser des contraintes jugées longtemps insurmontables.

 

Strasbourg, Grande-Île et Neustadt est une candidature d’extension au quartier de la Neustadt du bien Strasbourg – Grande-Île inscrit en 1988 sur la Liste du patrimoine mondial. Cet ensemble urbain caractéristique de l’Europe rhénane, structuré autour de la cathédrale, chef-d’œuvre majeur de l’art gothique, compose une scène urbaine exceptionnelle représentative d’une culture de la ville proprement européenne.

Ces deux nouvelles inscriptions portent à quarante-trois le nombre de biens français reconnus au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

A noter, aussi, que parmi les nouveaux sites classés, l’Afrique est bien représentée.

Mbanza Kongo, vestiges de la capitale de l’ancien Royaume du Kongo (Angola)

La cité de Mbanza Kongo, située sur un plateau haut de 570 m, était la capitale politique et spirituelle du Royaume du Kongo, un des plus grands Etats constitués d’Afrique australe, actif du XIVe au XIXe siècle. La zone historique s’est développée autour du palais royal et de ses attributs ; la résidence royale, le tribunal coutumier et l’arbre sacré ainsi que les lieux funéraires royaux. Arrivés au XVe siècle, les Portugais ont ajouté à la ville construite en matériaux locaux des bâtiments en dur, érigés selon les normes européennes. Mbanza Kongo illustre, comme nulle part ailleurs en Afrique sub-saharienne, les profonds changements qui découlèrent de l’introduction du christianisme et de l’arrivée des Portugais en Afrique centrale.

Asmara : une ville moderniste d’Afrique (Erythrée)

Située à plus de 2000 m au-dessus du niveau de la mer, la capitale de l’Erythrée s’est développée à partir des années 1890 comme un avant-poste militaire pour la puissance coloniale italienne. A partir de 1935, la ville connut un programme de construction de grande échelle appliquant le style rationaliste italien de l’époque aux édifices gouvernementaux, aux bâtiments résidentiels et commerciaux, aux églises, mosquées, synagogues, cinémas, hôtels… Le site comprend la zone concernée par les différentes phases de planification urbaine entre 1893 et 1941 et les quartiers autochtones non planifiés d’Arbate Asmera et d’Abbashawel. Il s’agit d’un témoignage exceptionnel de l’urbanisme au début du XXe siècle et de son application dans un contexte africain.

Paysage culturel des  ǂKhomani (Afrique du Sud)

Ce paysage culturel est situé à la frontière avec le Botswana et la Namibie, dans la partie septentrionale du pays. Il comprend une vaste zone qui coïncide avec le parc national Kalahari Gemsbok. Cette grande étendue de dunes de sable contient des traces d’occupation humaine depuis l’âge de la pierre jusqu’à nos jours et est associée à la culture des ǂKhomani San. Ce peuple, anciennement nomade, élabora des stratégies de subsistance pour faire face aux conditions environnementales extrêmes. Il développa des connaissances spécifiques en ethnobotanique ainsi que des pratiques culturelles et une vision du monde en lien avec les caractéristiques géographiques. Le paysage culturel des ǂKhomani reflète le mode de vie qui fut prédominant dans la région pendant des millénaires et façonna ce site.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *