Egypte et Tunisie, stars de l’été 2004

Destination

Ces deux pays avec le Maroc et la Crète en tête du hit-parade des ventes.
La Grèce et l’Espagne, en particulier les Baléares sont les perdants de l’été.
Les ventes ne décollent que maintenant, et encore, cela dépend des axes.
L’été est là, les vacances aussi, enfin pour la plupart des Français. Ceux-là iront cet été en Tunisie, Crète, Egypte, Maroc, quand ils ne resteront pas tout simplement en France. Telle est l’analyse des TO dont certains attendent toujours le décollage de leurs ventes. « L »Egypte est devenue notre première destination estivale cette année alors qu’elle n’était que la troisième l’an dernier », constate Floréal Gavalda, directeur TO de Kuoni. La hausse atteint 64 % en pax par rapport à l’an dernier. « La destination ne faiblit pas », résume Richard Soubielle, son homologue chez Fram. Pour ce TO, la Tunisie reste une valeur sûre comme chez Jet tours, auxquels s’ajoutent le Maroc et la Crète. Cette dernière destination ainsi que Chypre semblent profiter du grand perdant de l’été, la Grèce. « C’est sans doute les jeux Olympiques qui ont eu un effet négatif au lieu d’avoir un effet positif. C’est bien la première fois », déclare Philippe Demonchy, porte-parole du Snav. Pour Jet tours, mais surtout Fram, il existe un autre perdant : l’Espagne. « En particulier les Baléares », souligne Richard Soubielle qui accuse une baisse de 15 % du nombre de réservations. Côté long-courrier, l’Inde et les Maldives sont les plus grosses destinations de Kuoni. « La Chine réapparaît en tête des plus grosses ventes », remarque Floréal Gavalda et le Canada reprend des couleurs. « Ces deux destinations avaient souffert du Sras. On peut dire que c’est désormais derrière nous. » Reste que les ventes s’avèrent fragiles, l’été n’étant toujours pas vraiment lancé pour la plupart des professionnels « Les clients doivent attendre les séjours à 100 euros » ironise Helmut Stückelschweiger, le PDG de Top of Travel. En revanche, les demandes pour la France sont au beau fixe : « Les villages de vacances Vacanciel sont les produits qui marchent le mieux actuellement », souligne Sylvie Nahon, directrice de production chez Pauli.
Réactions
Lionel Charbonneau, Pause Voyage, Afat, Mennecy
« La tendance n’est globalement pas bonne. Nous avons eu un flot d’inscriptions au 1er trimestre pour l’été mais depuis quelque temps, je ne vois pas de beaux dossiers, pour des familles entières. De plus, je ne crois pas aux VDM. D’une part, les clients ne sont plus prêts à payer le prix fort de haute saison. La disparité avec la basse saison est bien trop grande. D’autre part, je ne crois pas que l’inquiétude ait complètement disparu du cœur des Français, ce qui les pousse à rester en France chez leur famille, sans compter la concurrence d’Internet. »
Monique Goudouneix, Conseil Voyages, Tours
« C’est très mou et attentiste. On assiste de plus en plus à un comportement opportuniste, mais je vends actuellement quelques dossiers en Espagne, Turquie ou Corse, mais c’est peut-être dû aux départs régionaux depuis Tours. »

Publié par La Rédaction

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *