Egypte : plus de policiers que de touristes à Louxor après l’attentat manqué

Destination

Il y avait jeudi matin davantage de policiers que de touristes aux abords des célèbres sites de l'Egypte pharaonique à Louxor, au lendemain d'une attaque-suicide déjouée de justesse par la police au temple de Karnak, a rapporté un journaliste de l'AFP.
 Sur le parking du temple, là où a eu lieu l'attaque, seuls sept autocars et trois minibus stationnaient peu avant 10h00 alors qu'ils peuvent être des dizaines dès l'aube. Dans le temple, à une cinquantaine de mètres de là où un kamikaze a déclenché sa veste bourrée d'explosifs la veille et les policiers ont tué et blessé deux de ses complices armés de fusils d'assaut, environ 200 touristes déambulaient entre la fameuse allée des sphynx à tête de bélier et les pylônes de la salle hypostyle du temple du dieu Amon.  La veille au moment de l'attaque, dans la matinée, ils étaient 604 visiteurs à Karnak, selon la police qui les avait consignés et protégés à l'intérieur du temple dès qu'avait retenti l'explosion.  "C'est certain, il y a moins de touristes qu'hier, des voyages organisés  ont été annulés en provenance de Hurghada", sur la mer Rouge, a assuré à l'AFP  Salah al-Masekh, le directeur des fouilles à Karnak. Comme sur tous les sites antiques que recèlent Louxor, il y avait beaucoup plus de policiers jeudi matin que de touristes dans cette ville d'environ 1,5 million d'habitants. La veille, la police a estimé avoir "évité un massacre" à Karnak, car les trois assaillants étaient munis, outre d'une veste d'explosifs, de fusils-mitrailleurs et 19 chargeurs remplis. Un imposant dispositif policier quadrillait la ville , notamment aux abords de chacun des nombreux sites archéologiques. Des picks-ups et camions remplis de policiers d'élite la tête couverte par une cagoule patrouillaient autour de chaque vestige, une activité inhabituelle selon les habitants.
 

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.

Vos réactions

  1. Je pense que l’Egypte s’est installée pour longtemps dans le désordre. Sous l’autorité excessive de Sissi (beaucoup de membres de l’opposition sont arrêtés ou disparaissent), les terroristes arrivent malgré tout à déjouer les contrôles. Ce pays magnifique a doublement raté sa révolution pour un instant qui pourrait durer

Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *