En France, la fréquentation touristique est repartie à la hausse au deuxième trimestre (Insee)

Destination

Au deuxième trimestre 2019 en France métropolitaine, selon les chiffres de l’Insee, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques, exprimée en nuitées, augmente de 3,5 % par rapport au deuxième trimestre 2018. Cette hausse fait suite à un net repli au premier trimestre 2019 (−2,6 % sur un an). Elle est imputable à la fois à la clientèle ne résidant pas en France (+3,8 %) et à celle résidant dans l’hexagone (+3,3 %).

Au deuxième trimestre 2019, les nuitées dans l’hôtellerie augmentent de 2,5 % en glissement annuel, après une baisse de 1,3 % au trimestre précédent. La fréquentation augmente fortement dans les hôtels classés 4 ou 5 étoiles (+6,0 %). La fréquentation baisse uniquement dans les hôtels classés en 1 et 2 étoiles (−3,4 %).

La fréquentation hôtelière des résidents et des non-résidents (hors France) progresse (respectivement +2,6 % et +2,2 %), notamment dans les hôtels de haut de gamme.

La fréquentation des hôtels augmente dans tous les espaces géographiques. La hausse est plus forte dans les hôtels situés dans l’urbain de province (+3,0 %), où les nuitées des non-résidents augmentent de 3,7 % par rapport au second trimestre 2018. En Île-de-France, la fréquentation progresse (+2,3 %), surtout grâce à la clientèle résidente (+3,9 %). La fréquentation des hôtels situés dans les massifs de ski augmente (+2,6 %), grâce à un accroissement notable de la clientèle non résidente (+10,1 %) compensant largement la légère baisse des nuitées des résidents (−0,7 %). La fréquentation augmente aussi sur le littoral (+2,4 %) et dans les autres espaces (+1,2 %).

La fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) augmente par rapport au même trimestre de 2018 (+2,6 %), après une forte baisse au trimestre précédent (−4,9 % sur un an).

La hausse est modérée en Île-de-France, malgré la progression de la clientèle résidente. Dans les zones urbaines de province et sur le littoral, la fréquentation des non-résidents augmente fortement (respectivement +14,9 % et +17,2 %). Dans les zones urbaines de province, elle se conjugue avec une hausse de la fréquentation des résidents. Au contraire, sur le littoral, la fréquentation des résidents baisse, conduisant au total à une quasi-stabilité du nombre des nuitées par rapport au même trimestre de 2018. La fréquentation des AHCT situés dans les massifs de ski repart à la hausse (+3,7 %), grâce à une progression notable de la clientèle résidente (+11,4 %), qui fait plus que compenser une baisse marquée de la clientèle non-résidente. Dans les autres espaces, les nuitées progressent (+2,1 %), également grâce à la clientèle résidente.

La fréquentation dans les campings augmente de 6,3 % sur un an, surtout grâce à la clientèle non résidente (+8,1 %). L’activité des hébergements non classés (+14,7 %) est en nette hausse. Elle résulte, au moins en partie, du non-renouvellement du classement Atout France de certains campings.

L’augmentation du nombre de nuitées est forte dans les campings classés 3 étoiles (+6,5 %) et dans les campings 4 et 5 étoiles (+6,3 %). Elle concerne essentiellement les emplacements équipés.

La fréquentation est plus dynamique dans les campings situés sur le littoral (+7,8 %) qu’en dehors du littoral. Ces campings ont bénéficié de conditions météorologiques clémentes pour ce début de saison.

Dans les hôtels et surtout dans les campings, la fréquentation progresse particulièrement en juin, du fait du week-end de Pentecôte et de conditions météorologiques favorables à la fin du mois. En avril, la fréquentation touristique a également bénéficié d’un calendrier 2019 propice (week-end de Pâques mi-avril, vacances scolaires), alors qu’en mai, elle n’a pas profité de longs ponts comme en 2018, excepté pour l’Ascension.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *