Hongkong retrouve une activité touristique normale

Destination

La ville a enregistré 146 714 arrivées françaises en 2003, et a évité le pire.
L’office de tourisme a multiplié les partenariats avec les tour-opérateurs.
2004 jugée normale, à moins d’un retour du Sras ou de la grippe du poulet.
Après une année 2003 noire, Hongkong entend bien retrouver sa vitalité cette année et retrouver la fréquentation de 2002. Le nombre d’entrées françaises a chuté en 2003 de 34,7 % (soit 146 714 arrivées) par rapport à l’exercice précédent. Malgré ces résultats décevants, le pire a été évité. Au mois d’avril dernier, le nombre d’arrivées sur l’ancien territoire anglais avait chuté de 91 %. Responsable de cette chute vertigineuse : le Sras. « Nous ne recevions plus un coup de téléphone, se souvient Karine Guillemot, responsable marketing de l’office de tourisme de Hongkong à Paris. Mais, nos autorités de tutelle ont rapidement réagi et au lieu de faire le dos rond et de réduire les dépenses en attendant des jours meilleurs, elles ont doublé notre budget de marketing par rapport à 2002. » Aussitôt, l’OT a multiplié les partenariats avec des tour-opérateurs comme Asia, Boomerang, Directours, NF, Yoketaï, Voyageurs du monde, Maison de la Chine afin de proposer des packages intéressants à des prix compétitifs. Avec Asia, l’OT a poussé le partenariat jusqu’au workshop que le TO a organisé d’urgence en automne, vu la gravité de la situation. Toute cette énergie, paie aujourd’hui. « L’engouement revient », constate Karine Guillemot. En décembre 2003, le retard des arrivées n’était plus que de 4,1 % par rapport à décembre 2002. Les premiers jours de janvier montrent une croissance de 4 %. Autre satisfaction, le nombre de TO programmant Hongkong est supérieur à celui d’avant la crise du Sras. On voit ainsi apparaître des voyagistes comme Nomades, proposant des treks de 10 jours autour de la ville. Mais l’office de tourisme montre un enthousiasme mesuré pour 2004. A peine les stigmates du Sras disparus, les voisins de la ville doivent faire face à une nouvelle épidémie : la grippe du poulet, que Hongkong a déjà dû affronter à plusieurs reprises.

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *