Il faut désormais un visa pour aller en Indonésie

Destination

Le montant du visa est de 25 dollars pour des séjours de moins de 30 jours.
L’imposition des visas a été critiquée par les professionnels indonésiens.
Les voyagistes français constatent un redémarrage très lent de la destination.
L’Indonésie a commencé dimanche 1er février à imposer aux touristes de 21 pays, dont la France, de payer pour des visas de court séjour, à l’arrivée. Les ressortissants de ces États doivent, dès leur entrée sur le territoire indonésien, désormais régler aux guichets de banques, 10 dollars pour des visites ne dépassant pas trois jours et 25 dollars pour un séjour allant jusqu’à 30 jours (une amende de 20 dollars par jour sera en outre dorénavant appliquée à ceux qui dépasseraient ces durées). Ils se rendent ensuite, munis d’un reçu (bleu pour le visa de trois jours, rouge pour celui de 30 jours), aux services de l’immigration. Les touristes des pays concernés étaient auparavant exemptés de visas, et pouvaient rester jusqu’à deux mois en Indonésie. La décision d’imposer des visas payants avait été vivement critiquée par une partie de l’industrie touristique en Indonésie, notamment à Bali. Les professionnels estiment que cette mesure va entraîner une chute du nombre de touristes, alors que les autorités affirment le contraire. Ces divergences de vues seraient à l’origine des reports successifs de la mesure, prévue initialement dès septembre 2003. « L’Ambassade d’Indonésie nous avait informés d’une application début octobre, mais elle a été reportée deux fois », précise Olivier Chiffert, responsable production Indonésie chez Asia. « Initialement le coût du visa était fixé à 35 dollars », continue-t-il. Mais l’info n’a pas été visiblement diffusée partout : » La délégation indonésienne venue à Paris dernièrement afin de relancer le marché français n’a pas mentionné cette taxe », indique, surpris, Bruno Ferret, PDG du spécialiste Yoketaï. Bali n’a pas forcément besoin de cette mesure. « La destination repart très doucement, explique Olivier Chiffert. La clientèle est opportuniste et attend les promos. »

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières infos par E-mail.
Réagir à l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *