L’Egypte sous très haute tension

Deux personnes ont été tuées jeudi à Suez, dans le nord-est de l'Egypte, dans des affrontements entre policiers et manifestants. Ces derniers protestaient contre les violences qui ont fait 74 morts à l'issue d'un match de football à Port-Saïd. Les deux hommes, des manifestants, ont été tués par balle, une trentaine d'autres ayant été blessés. Selon des témoins, la police a d'abord essayé de disperser les manifestants qui tentaient d'investir les locaux de la direction de la sécurité à Suez, utilisant des gaz lacrymogènes puis des balles réelles. Plus tôt jeudi, au Caire, plus de 600 personnes avaient été blessées, la plupart par asphyxie, dans des affrontements entre policiers et manifestants aux abords du ministère de l'Intérieur. Rappelons que les violences de Port-Saïd ont fait au moins 73 morts et des centaines de blessés mercredi soir après un match de football entre deux équipes égyptiennes à Port Saïd (nord). Les heurts ont commencé après que l'arbitre a sifflé la fin du match au cours duquel Al-Masry a fait subir à Al-Ahly sa première défaite de la saison. Les "Ultras" d'Al-Ahly, groupe de supporteurs parmi les plus fervents et les plus organisés, ont participé à la révolte contre Hosni Moubarak et pris part aux manifestations hostiles à l'armée et la police, ce qui alimente sur les réseaux sociaux les soupçons d'une "vengeance" contre eux. De son côté, le Quai d'Orsay rappelle que l’Egypte vit "une transition politique tendue, qui s’accompagne de l’apparition d’une délinquance nouvelle (vols à l’arrachée, vols à main armée,…)". Si les séjours dans les grands centres touristiques ne posent toujours pas de problème (Le Caire, Alexandrie, Assouan, Louxor, la Mer Rouge, Charm el Cheikh, Dahab, Taba), "les déplacements routiers sur des longues distances sont déconseillés". De plus "les déplacements non-professionnels sont formellement déconseillés dans le Nord-Sinaï et le long de la frontière libyenne".

Vos réactions (2)

Réagir à l'article